Gourvennec : “Bien jouer jusqu’au 30 mètres c’est bien, mais si vous n’allez pas plus loin…”

 

La seconde partie de début de saison, pour l’instant, est meilleure que la première. Pour Jocelyn Gourvennec, les joueurs s’en sont aussi servis pour ne pas reproduire le premier acte.

« D’avoir pas mal souffert sur des matches qui ont mal tourné en première partie de saison, sur des contenus pas toujours à la hauteur de ce qu’on souhaitait, d’avoir connu ça, ça doit être un atout pour nous. Il faut se souvenir qu’il y a eu des moments un peu difficiles même si globalement on a avancé et qu’on n’a jamais été largué. Il faut se souvenir de ça pour apprécier ce qui se passe aujourd’hui, mais il faut l’entretenir ce qu’il se passe aujourd’hui. Il n’y a jamais rien d’acquis ».

 

Pour expliquer cette progression, l’entraineur bordelais a donné les deux axes de travail qui ont été réussis.

« Une progression passe par deux choses bien distinctes. D’abord renforcer les points forts, ce qu’on arrive à faire, à bien tenir le ballon, à faire mal à l’adversaire plus loin dans le terrain, plus bas pour notre adversaire et ça c’est un élément très important. Bien jouer, bien travailler jusqu’au 30 mètres c’est bien, mais si vous n’allez pas plus loin – ce qui a parfois été notre cas – il ne se passe pas grand-chose. Là aujourd’hui on fait défendre l’adversaire très loin, c’est plus difficile de défendre sur nous. Ça, il faut qu’on le renforcer, on a les joueurs pour ça. Et le deuxième axe prioritaire c’est d’être un peu plus concentrés et attentifs pour ne pas commettre de petites erreurs qui ont des conséquences importantes ».

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4Ever