Lawrence Leenhardt : “Positiver, ce n’est pas minimiser, comme après le match face à Monaco”

Jocelyn Gourvennec et Groupe

 

Pour Lawrence Leenhardt, de positiver, ce n’est pas forcément la bonne solution dans une période où ça ne va pas. « Positiver, c’est un mot à double tranchant. Evidemment que quand on gère un groupe, au niveau psychologique, il est important de regarder devant et de positiver. Si vous arrivez en disant ‘vous êtes tous nuls, on n’arrivera à rien’, ce n’est pas comme ça qu’on fait avancer un groupe et qu’on obtient des résultats. Il faut positiver, mais en revanche, il faut vraiment que ça reste sur le terrain et pas du positif style ‘Méthode Coué’. A Bordeaux, cette façon de faire un peu spéciale… On reste ensemble, c’est feutré, rien ne sort à l’extérieur… Positiver, ce n’est pas minimiser, comme après le match face à Monaco. Il y a besoin d’une étincelle et de quelque chose qui bouscule les certitudes. Positiver en disant que ça va aller mieux, qu’il ne faut pas s’inquiéter… Ça, c’est dangereux parce que c’est nier ses responsabilités, et pour les joueurs ce n’est pas un service à leur rendre. Ils ont déjà un gros potentiel de confiance en eux – c’est le principe du joueur de haut niveau, du professionnel – mais parfois, justement, il faut plus les titiller et les bouger que les conforter ».

 

GoldFM

Retranscription Girondins4Ever