Gilles Favard : “Quand tu vires l’entraineur, il te reste les joueurs… De Tavernost a mis 19ans pour comprendre ça…”

nicolas de Tavernost

 

Nicolas de Tavernost a expliqué ce matin, dans Sud Ouest, et entre les lignes, qu’il avait compris l’importance d’un directeur sportif fort. « A l’avenir, le sportif devra être plus fort dans la détection des joueurs, mieux équilibré entre le club et les entraineurs. On l’a vu avec Willy Sagnol, les entraineurs ont fait souvent venir des joueurs, bons et moins bons, et quand il y a un changement, on se retrouve avec un effectif non optimum ».

 

Ayant pris connaissance de ces propos, Gilles Favard n’a pas manqué de réagir. « Il y a des trucs que je ne comprends pas. Ils ont mis Martin comme Président et à chaque fois qu’on les voit en photo, on voit De Tavernost et Triaud devant, et Martin on ne sait même pas qu’il existe. Le problème, et le grand truc des entraineurs quand ils arrivent dans des clubs, c’est de toujours vouloir des joueurs qu’ils ont eu avant, comme ça ils sont tranquilles dans le vestiaire. Mais le problème c’est que quand tu vires l’entraineur, il te reste les joueurs ! Nicolas de Tavernost a mis 19 ans pour comprendre ça ! Je l’ai vu beaucoup plus fort en télé, dans son métier… Donc il faut mettre quelqu’un qui connaisse le métier et qui laisse faire. Tu ne dois pas les donner les pleins pouvoirs aux entraineurs ! Les entraineurs sont de passage ! […] Charles Camporro est toujours dans les couloirs quelque part, Triaud faisait office de directeur sportif, Deveseleer faisait pareil… Camporro conseillait un peu derrière, et tu avais les filières : yougoslave ; tu as toujours un yougoslave qui vient, mais il n’y en a jamais un de bon. Tu as la filière brésilienne, là ils sont tombés sur un bon ; Malcom. Mais là, ils sont en train de payer les trois-quatre dernières années ».

 

Dominique Séverac ajouta. « Sagnol, il avait fait quoi dans le football pour imposer toutes ses idées à Bordeaux ? Il avait été sélectionneur de l’équipe de France Espoirs, cela suffisait pour qu’il arrive à Bordeaux et dire ‘je veux faire ça, ça, et ça, je veux tel joueur’. L’institution bordelaise. Sous Bez, ce n’était pas comme ça !”. 

 

L’Equipe21

Retranscription Girondins4Ever