Christophe Monzie : “C’est un des tournants car si élimination il y a, la suite de la saison des Girondins risque de manquer d’un peu de saveur”

Strasbourg-Bordeaux

Les Girondins disputeront face à Strasbourg la demi-finale de la coupe de la Ligue avec l’espoir de se qualifier pour la finale face à Guingamp. Christophe Monzie évoque ce qui pourrait être un des tournants de la saison côté bordelais.

« Après la coupe d’Europe, il y avait un premier tournant mais ils n’étaient pas maitres de leur destin, c’était le match à Copenhague qu’ils ont gagné, mais malheureusement on peut le perdre car le Zenit c’était fait battre à Prague; Ça, c’était un premier tournant dans la campagne européenne, une campagne où Bordeaux a appris mais appris un peu trop tard. Ils sont arrivé à maturité un peu trop tard. Ils ont réagi un match trop tard. S’ils avaient battu le Zenit à Bordeaux ou s’ils n’avaient pas perdu ce premier match contre Copenhague, ils seraient sans doute passés. C’était un premier tournant. Le second tournant, il arrive surement sur ce match face à Strasbourg car ensuite s’il n’y a pas de qualification pour une finale qui pour une fois est plus ouverte que jamais, car le Paris Saint Germain n’en fera pas partie, et que derrière si on gagne à Strasbourg, on ne peut pas imaginer un seul instant ne pas gagner la finale contre Monaco ou contre Guingamp quand on voit d’une part la fragilité défensive de l’équipe de Jocelyn Gourvennec, même si elle est généreuse offensivement et redoutable. Et quand on voit d’autre part l’AS Monaco, même si le pompier de service, bien gentil de reprendre du service alors qu’on l’a évincé au mois d’octobre, Leonardo Jardim, quand on a vu Monaco céder en coupe de France tu te dis que ces deux équipes-là elles sont prenables. Bien plus que Strasbourg, qui est quand même bien plus solide défensivement. Il faut passer ce cap-là et ensuite il y aura la finale qu’il faudra aller jouer avec sérieux à Lille le 30 mars. C’est vrai que c’est un des tournants car si élimination il y a, la suite de la saison des Girondins risque de manquer d’un peu de saveur. À moins d’assister à une réaction fulgurante comme l’année dernière avec 6 victoires d’affilée et il faudrait une série. Là, on était juste sur le point de l’entamer. On était à deux victoires, difficiles certes face à Angers et contre Dijon, arrachées et tirées par les cheveux. Cette série a été brisée dans l’oeuf par un coup du sort. Mais c’est un coup du sort qu’on a un peu cherché ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever