Benoit Costil : “Andreas ou Jimmy, on ne les met pas forcément dans de bonnes conditions. Ca reçoit pas mal de ballons au-dessus de la tête…”

Andreas Cornelius

 

Quels sont les axes pour retrouver de la confiance ? Benoit Costil a répondu à la question en conférence de presse.

« En termes de football, sur les derniers matches, ce ne fut pas évident. Sur le match de Marseille, vos plans ont un peu volé en éclat… Sur ce match, il fallait être solide, aller leur faire mal parce que c’était une équipe qui pouvait douter car la situation n’était pas évidente chez eux. Et puis vous vous retrouvez à dix au bout de 25 minutes, et donc après ce n’est pas facile. On avait pour consigne d’éviter qu’ils passent par l’axe. C’est difficile à dix, à un moment donné vous craquez. Et après on a eu du mal à aller se projeter ensuite, et voilà… C’était un match compliqué ».

 

Les Girondins ont quoi qu’il en soit du mal à se projeter vers l’avant.

« Sur les deux matches de Strasbourg, on connait leur système, on sait comment ça joue, avec deux excentrés qui restent haut et proches des lignes. La difficulté c’est se dire qu’on peut les laisser libres, et après ça fait du un contre un avec votre latéral. Ou bien vous mettez un milieu qui vient régulièrement faire le cinquième défenseur… C’est un peu un rapport de force aussi qu’il faut avoir avec l’adversaire. Je dirais qu’on a cette envie d’attaquer mais aujourd’hui on a du mal à attaquer tout simplement, à aller se créer des occasions, à aller marquer régulièrement des buts. Mais ce n’est pas pointer du doigt les joueurs offensifs, c’est tout le monde. C’est comment ceux qui sont derrière vont les mettre dans les meilleures dispositions. On peut voir aujourd’hui, que ce soit Andreas (Cornelius) ou Jimmy (Briand) devant, on ne les met pas forcément dans de bonnes conditions. Ca reçoit pas mal de ballons au-dessus de la tête, c’est difficile… On va essayer d’y remédier avec les joueurs du moment, et de vous proposer quelque chose de plus cohérent prochainement ».

Retranscription Girondins4Ever