Christophe Dugarry : « J’avais la chance d’avoir Alain Giresse comme modèle chaque fois que j’allais voir les matches à Bordeaux »

Christophe Dugarry s’est dit plus impressionné au cours de sa carrière par les Italiens plutôt que par les Allemands lorsque le sujet de France-Allemagne de la coupe du Monde en 82 a été évoqué. « Le France-Allemagne de 82 ? J’avais 10 ans à l’époque. On parlait beaucoup des clubs. L’équipe de France, j’avais souvenir qu’elle ne gagnait pas grand chose même s’il y avait des joueurs de légende pour nous. C’était des références. J’avais la chance d’avoir Alain Giresse comme modèle chaque fois que j’allais voir les matches à Bordeaux. Tigana également, Battiston, Marius Trésor. J’avais la chance de les côtoyer. J’étais plus proche de mon club que de l’équipe de France […] Les Allemands plus forts ? Tout au long de ma carrière, je l’ai plus ressenti sur les Italiens. Les Italiens, je n’avais jamais l’impression qu’ils étaient incroyables, que c’était des phénomènes. On les a battus mais on a mis du temps avant de les battre. C’est plus compliqué les Italiens que les Allemands. Je me souviens d’un match compliqué face à l’AS Roma à domicile où l’AS Roma est en pleine bourre. Le Milan, ce fameux match de 96 où à l’aller on se fait éclater 2-0, on les trouve pas extraordinaire mais un coup de pied arrêté de Baggio et un autre but de je ne sais plus qui… C’est une évidence les Italiens beaucoup plus que les Allemands. Je n’ai pas souvenir pour les Allemands… ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever