Un nouveau point sur l’imbroglio autour de Paulo Sousa, “le club n’aurait pas abandonné l’idée de trouver un compromis” selon l’Equipe

Dans son article du jour, concernant “le fol été bordelais”, l’Equipe fait un point complet sur la situation de Paulo Sousa aux Girondins. L’article raconte notamment que depuis que “Frédéric Longuépée l’a reçu à deux reprises entre le 22 et le 24 juin, les discussions n’avancent pas tel qu’il le souhaiterait”. Franck Trimboli, qui est l’agent anglais de Paulo Sousa, réclamerait bien en vain la moitié des deux dernières années de salaire prévues dans le contrat de l’entraîneur portugais, alors que le club campe toujours sur sa position et trouve “qu’en cas de départ, ce serait plutôt Bordeaux qui serait en droit de réclamer quelque chose”. Malgré cela, “le club s’engage malgré tout à ne pas lui mettre de bâtons dans les roues en cas d’opportunité”. Mais l’Equipe explique qu’en privé “son agent martèle que l’ancien coach de la Fiorentina est prêt à partir gratuitement, sans se montrer très convaincant : non seulement il s’emmêle dans les chiffres, mais il est surtout incapable d’expliquer pourquoi il ne démissionne pas, tout simplement”. La direction le soupçonne de son coté de vouloir rejoindre Benfica. Frédéric Longuépée aurait “essayé de forcer la main de Paulo Sousa juste avant le départ à Dinard”. Trois jours avant ce départ en stage d’avant-saison, le Président des Girondins avait convoqué son entraîneur pour lui dire qu’il “le bloquerait jusqu’à la fin de son contrat s’il décidait de faire le stage”. Résultat ? Le PDG se serait finalement “résolu à laisser le Portugais partir en Bretagne”. Coup de théâtre le 23 juillet dernier, puisque l’entourage de l’entraîneur portugais assure cette fois qu’il va rester jusqu’à la fin de la saison. L’information est dévoilée par 20Minutes, et elle est confirmée par le club. Mais dans son article, l’Equipe raconte que dès “le lendemain, le clan Sousa qualifie cette info de ‘bidon’. ‘Les déclarations que 20 minutes reprennent sont de la semaine dernière’, selon Francisco Empis (agent chargé de la communication de Paulo Sousa). Pourtant, un texto daté de la veille et envoyé à une source confirmait bien que l’entraîneur portugais voulait finalement rester. Un texto envoyé par Hugo Cajuda, un autre agent de Paulo Sousa. “Alors, vous avez raison…”, réagira Francisco Empis. Si “certains salariés du club imaginent facilement que Paulo Sousa pourrait les planter à la dernière minute en cas d’opportunité”, le coach bordelais “se sait aussi en position de force pour négocier du fait que tout soit déjà calé avec Jean-Louis Gasset. Dans cet imbroglio incroyable, “le club n’aurait pas abandonné l’idée de trouver un compromis avec Sousa. Il ne lui a pas échappé qu’une séparation à l’amiable à l’instant T pourrait lui revenir moins cher qu’en cours de saison si les choses venaient à mal tourner”. Mais encore faut-il avoir les moyens de le faire, ce qui pourrait arriver si François Kamano était transféré dans les prochains jours ?