Nicolas Paolorsi revient sur le feuilleton de l’été entre Paulo Sousa et la direction : “C’est un dossier qui a été mal géré de A à Z”

(Photo by NICOLAS TUCAT / AFP)

Le consultant d’RMC en charge de suivre les Girondins, Nicolas Paolorsi, a commenté le feuilleton de l’été entre Paulo Sousa et la direction. Voici ce qu’il s’est passé, depuis fin juin dernier.

“Ce qui s’est passé avec Paulo Sousa cet été, ça a été très difficile de le comprendre. Même pour nous, ça a été très difficile à suivre. En gros, le 22 juin dernier, il y a eu une entrevue entre Frédéric Longuépée et Paulo Sousa. Sousa dit qu’il aimerait bien quitter le club et trouver une porte de sortie. Quelques jours plus tard, il clame cette envie à ses cadres. Koscielny, Costil, Briand, De Préville sont avertis que Sousa a envie de partir. Au début, on nous dit que Paulo Sousa n’en fera pas une question d’argent, qu’il est prêt à partir libre. On apprend que Benfica est un peu sur les côtes de Paulo Sousa et que Benfica ne serait prêt à négocier avec Paulo Sousa que s’il est libre. On comprend alors que Paulo Sousa a rapidement envie de se désengager de Bordeaux pour pouvoir essayer de dealer avec Benfica. Finalement ça ne se fait pas avec Benfica et là, rétropédalage du clan Sousa, qui finalement se dit qu’ils ne sont pas si mal à Bordeaux. Il continue à faire la préparation comme si de rien n’était. Il a un protocole signé par la direction du club dès le 10 juillet jusqu’au 7 août qui l’autorise à quitter le club sans indemnités de transfert. Le clan Sousa ne donne pas suite. Donc c’est très étonnant quand on sait qu’un mois plus tôt, il avait demandé à quitter le club. Au bout d’un temps, il n’y avait plus de négociations, plus de discussions. Là, il quitte le club avec un chèque. Il y a encore une semaine, Frédéric Longuépée se disait qu’il lui restait deux ans de contrat et qu’il avait un coach qu’il paye 280 000€ par mois, mais il a son coach. Sousa disait qu’il allait entrainer une saison de plus. Sauf que pour la première fois depuis que les américains de King Street ont racheté les Girondins de Bordeaux, ils se sont vraiment impliqués dans le sportif. C’est Daniel Ehrmann, qui est la tête de gondole du projet Girondins de Bordeaux chez King Street qui a pris le dossier. C’est lui qui a négocié avec Paulo Sousa ce week-end car il n’en pouvait plus de l’attitude de Sousa, de ses critiques sur l’actionnaire, de ses critiques sur le projet qui n’avançait pas. Du coup, ils ont fait un chèque à Paulo Sousa. On n’a pas le montant précis du chèque mais Sousa quitte le club avec des indemnités […] C’est difficile car c’est paroles contre paroles. Le club dit que Sousa a une mauvaise attitude. Sousa dit que les conditions de départ qui lui étaient proposées au départ étaient inconcevables. C’est un dossier qui a été mal géré de A à Z. C’était très compliqué d’en voir le bout. Les joueurs étaient très inquiets eux aussi […] Il y a eu des choses qui se sont passées dans l’année. Une relation qui s’est effritée entre Frédéric Longuépée et Paulo Sousa. Frédéric Longuépée a empêché Paulo Sousa des choses. Il s’est passé plein de choses. Au début quand GACP arrive, on dit à Paulo Sousa qu’il va avoir 80 M€ à injecter, 80% du montant du transfert des joueurs qui vont être réinjecté dans le marché des transferts donc d’ici trois ans il aurait une équipe pour jouer la 3ème place qualificative pour la Ligue des Champions. C’est ce que lui vendent Joe DaGrosa et GACP. Pour le coup, Paulo Sousa et Eduardo Macia s’étaient engagés pour ce projet-là. Chose qui n’est jamais arrivé”.

RMC

Retranscription Girondins4Ever