Nicolas Maurice-Belay : “Quand j’étais plus petit, l’autorité des coaches et de la hiérarchie, était globalement respectée, c’était dans les mœurs. On voit que de nos jours, ça a complètement changé”

Nicolas Maurice-Belay, dans NousLesGirondins, actuellement entraineur adjoint des U18 de Mérignac-Arlac, s’est exprimé sur la vision qu’il a maintenant en tant que coach comparé à celle qu’il avait comme joueur. « C’est difficile pour moi en même temps parce que j’ai encore le langage urbain, qui colle beaucoup à la jeunesse, et c’est déjà un truc qu’il faut éviter pour ne pas que les mecs croient que je suis leur pote… Il faut toujours mettre cette démarcation. Et en même temps, il faut être beaucoup pédagogue parce que c’est une nouvelle génération aussi avec d’autres codes. Ça, il faut l’apprendre, parce qu’il faut avoir une gestion des joueurs. Avant, par exemple, quand j’étais plus petit, l’autorité des coaches et de la hiérarchie, était globalement respectée, c’était dans les mœurs. On voit que de nos jours, ça a complètement changé. Forcément, ça change tes rapports. Et tout ça, tu es obligé de le prendre en compte parce que ça fera partie de ta réussite ou de tes échecs. Il faut aussi être réactif car tu es vite jugé par les joueurs. C’est pour ça que souvent je viens beaucoup plus tôt pour être le plus précis possible ».

Puis il a évoqué la différence qu’il y a entre sa génération et la génération de jeunes footballeurs actuelle. « Des fois tu le ressens que des personnes te reconnaissent. Il y a beaucoup de respect par rapport à mon parcours, et aussi par rapport à l’adulte que je suis […] Ça aide beaucoup d’avoir connu différentes générations dans un vestiaire. Ce sont des codes de comportement à comprendre, ce qui se passe dans leurs têtes, pourquoi ils réfléchissent comme ça… J’ai un petit frère, on a dix ans d’écart, et je lui demande parfois car j’ai l’impression qu’ils ne sont pas normalement constitués (rires). Ils ont connu les réseaux sociaux plus tôt, et les codes de comportement qui vont avec… Parfois, ça nous dépasse, mais si on veut rester dans le milieu, on est obligé de s’adapter aussi ».

Retranscription Girondins4Ever