Jean-Louis Gasset : “Le résultat amène le bon ou le mauvais coaching, c’est la presse qui dit ça. C’est bon, on sait, ça”

Jean-Louis Gasset après la victoire face à Nîmes est revenu sur les changements rapides qui mettent en avant les bons choix de l’entraineur. « Oh, changer deux joueurs comme ça, j’ai déjà dû le faire, j’en ai fait d’autres… Je l’ai dit vendredi en conférence de presse ; un entraineur qui perd, a tort. Partez de ce principe que vous, vous allez faire l’équipe à l’envers de ce que j’ai fait, parce qu’on a perdu… Quand les joueurs sont proches les uns des autres, c’est l’emboitage de l’animation offensive qui est importante. Donc on cherche. Mais chaque match a sa vérité. La forme du moment, la confiance, le joueur en confiance, c’est très important. Donc il faut savoir individuellement comment ça se passe, et après collectivement comment on va faire… C’est pour ça qu’on ne dort pas bien des fois quand on a perdu ».

Puis, l’entraineur bordelais a expliqué l’importance sur cette rencontre d’avoir utilisé ses cinq changements. « Quand on a fait les deux changements à la 35ème, à la mi-temps, il vous restait trois changements. Donc on revenait à ce qu’on connaissait. C’est quand même, pour moi, quelque chose que j’aime bien. Même à trois changements, il aurait fallu être décisif. Le résultat amène le bon ou le mauvais coaching, c’est la presse qui dit ça. Quand on fait les changements et qu’on gagne, la presse dit que ça a été un bon coaching, donc bonne note… Si on fait des changements et que l’équipe perd, ‘il n’a pas fait la bonne équipe de départ, il n’avait qu’à faire ça’, oui… C’est bon, on sait, ça ».

Retranscription Girondins4Ever