Julien Bée : “Officiellement aujourd’hui, mettez-vous le dans la tête, on va devoir jouer le maintien”

Sur ses réseaux sociaux, Julien Bée, journaliste GoldFM, a commenté la difficulté pour les supporters d’exprimer leur mécontentement ailleurs que sur les réseaux sociaux des suites de la crise sanitaire, alors que Bordeaux selon lui va devoir lutter pour le maintien.

« On est dans une période très compliquée. Il faut savoir plus parler du fond aussi, plus que de la forme. Les Girondins ont du mal sportivement, mais peut-être qu’il serait temps de parler du fond, ce qui se passe dans les bureaux, avec le Président et même le directeur sportif. Le pauvre Alain Roche n’y peut rien, il vient d’arriver, et c’est compliqué pour tout le monde […] Cette crise sanitaire empêche le combat de continuer. Sur les réseaux sociaux, ça ne fait pas forcément effet. Ce qui fait effet, c’est quand il y a un effet de masse. Là, il y a une inquiétude. Ce club est en danger, dans toutes les arcanes, il y a du danger. On l’a vu avec le plan social qui est en train d’être mis en place, on le voit avec le sportif. Je n’ai rien contre Jean-Louis Gasset et son staff, je pense que ce sont des gens très compétents. Jean-Louis Gasset n’a rien à prouver à personne. Mais aujourd’hui, on a l’impression que ce collectif n’arrivera jamais à faire mieux, et ça c’est inquiétant. Cela veut dire, officiellement aujourd’hui, et mettez-vous le dans la tête, qu’on va devoir jouer le maintien. Il va falloir très vite prendre les points pour se maintenir. Quand on regarde les matches que Bordeaux a gagnés cette saison, c’est Dijon, Angers, et Nîmes. Des équipes qui vont lutter contre nous pour le maintien. C’est ça la réalité. On a pris une fessée à Lens, un promu, parce qu’on a manqué de combativité et d’état d’esprit. Mais ça, c’est tout le temps ! Le plus grave aujourd’hui, c’est que seul Hatem Ben Arfa, qui est un garçon qui a très peu joué la saison dernière, essaye de montrer l’exemple. Ce n’est pas normal que ce soit ce garçon-là qui porte le club actuellement. Ça prouve qu’il y a un vrai problème de fond. Là, c’est un signal d’alarme. Je suis inquiet sur ce qui se passe aux Girondins de Bordeaux ».

Retranscription Girondins4Ever