Ludovic Obraniak : “Ils m’avaient clairement signifié qu’ils ne voulaient pas que je parte, sauf qu’ils m’ont mis un coup de poignard dans le dos le dernier jour du mercato…”

Ludovic Obraniak, sur GirondinsAnalyse, est revenu sur son arrivée aux Girondins de Bordeaux en 2012 en provenance de Lille.

« Ce qui s’est passé c’est que l’année du titre avec Lille, j’avais du temps de jeu, mais pas autant que je voulais. J’ai passé une partie de mon temps sur le banc, même si j’ai eu énormément de rentrées en jeu, mais je n’étais pas satisfait. Je jouais souvent la Coupe de France et la Coupe d’Europe. J’étais en concurrence avec Eden Hazard et Gervinho. Il a été question à la fin de l’année du doublé, de revoir ma situation. J’étais à un âge charnière, et j’avais envie de plus de temps de jeu, je ne voulais pas revivre une année comme ça. On a eu une discussion avec le coach, qui m’a assuré que Gervinho allait signer à Arsenal, et donc que j’allais être en concurrence avec Dimitri Payet. C’est ce qui se passe, et je savais qu’avec Dimitri j’avais toutes mes chances. On n’avait pas statué sur une prolongation, mais on s’était dit qu’on allait travailler ensemble et qu’on verrait au cours de l’année. La préparation et le championnat commencent, et le dernier jour du mercato, ils recrutent deux joueurs. On s’est retrouvé à trois pour un poste, et me concernant, ils m’avaient empêché de partir notamment à Auxerre, qui jouait la Ligue des Champions. Ils m’avaient clairement signifié qu’ils ne voulaient pas que je parte, sauf qu’ils m’ont mis un coup de poignard dans le dos le dernier jour du mercato… Je les ai alors avertis que dans six mois, je ne serai plus là. J’ai joué le jeu pendant six mois, et quand le mercato est arrivé, j’ai signifié à mon agent que je voulais absolument partir. C’est Francis Gillot qui m’a contacté le premier, j’ai eu une discussion avec lui, et de là les choses se sont faites assez rapidement. J’avais mis un peu de pression au vu des services rendus et ce qui m’avait été promis… Finalement, ça s’est fait comme ça ».

Retranscription Girondins4Ever