Christophe Monzie : “De voir ce club se faire torcher lamentablement comme c’est arrivé sur la phase retour, ça faisait mal au cœur…”

Christophe Monzie, journaliste ARL, a fait son bilan de la saison 2020-2021 des Girondins de Bordeaux.

« C’est une saison qui brillera par son instabilité. Ce classement, il faut le prendre avec les réserves d’usage. C’est moins mal que la saison passée mais 12ème avec 45 points, cela prouve que le niveau du championnat français baisse. C’est une saison où on avait l’impression de naviguer à vue. J’ai envie de dire que depuis 11 ans que je suis ce club, c’est l’année la plus pénible que j’ai eue à commenter, celle où il m’a fallu faire le plus d’efforts pour ne pas dire quelques fois ce que je savais ou ce que j’avais sur le cœur. De voir ce club se faire torcher lamentablement comme c’est arrivé sur la phase retour, et même sur la phase aller, même si ce n’était pas pour les mêmes causes. Ca faisait mal au cœur, on avait vraiment l’impression d’une âme, d’une histoire, d’un patrimoine, de valeurs qui s’effondraient un peu comme un château de cartes. L’une des raisons c’est qu’on a trouvé un entraineur ô combien titré, charismatique, avec des références, et ô combien heureux de venir à Bordeaux. Mais en même temps un entraineur arrivé le 10 août, qui n’avait pas choisi un seul des joueurs. Déjà, à ce niveau, on partait sur des bases compliquées. Ensuite, Alain Roche a dit que Bordeaux n’aurait pas pu recruter, dans les colonnes de Sud Ouest, qu’il n’était pas question de sortir un centime. Déjà, là, il y avait un gros problème. Ce n’était pas ce qu’avait promis King Street ni à M6, ni à la mairie, ni aux pouvoirs publics. Ils devaient injecter 80M€ en trois ans, et ça n’a pas été fait puisque lorsqu’ils sont partis, ils ont cité le chiffre de 46M€. On est parti sur des mauvaises bases en allant chercher des joueurs à court de condition physique, à court de compétition. Ce n’est jamais revenu, et mi-avril, Jean-Louis Gasset a décidé de ne même plus titulariser Jean Michaël Seri. C’est quand même embêtant que deux mois après son arrivée, l’entraineur ne le mette plus… Mais il avait ses raisons : Jean Michaël avait un problème physique, ça s’est vu dès le match à Brest. Il y en a d’autres qui ont démissionné sur cette phase retour. Mais on est passé par tous les sentiments cette saison. Il y a eu ce recrutement en trompe l’œil aussi à la trêve de Noël, la blessure d’Hatem Ben Arfa. Après ça, ce n’était plus le Hatem qu’on avait vu sur quelques matches aller. Il a été enfin blessé sur les derniers matches de façon plus ou moins diplomatique d’ailleurs »

ARL, Top Marine et Blanc

Retranscription Girondins4Ever