Souleymane Diawara : “J’entends ‘oh Diawara, ici on joue au ballon, on n’est pas à Bordeaux !’. Tu fais semblant que tu n’entends pas, mais tu entends tout (rires)”

Souleymane Diawara a été interrogé sur le club dans lequel il se trouvait lorsqu’il était à l’apogée de sa carrière. L’ancien défenseur des Girondins allait dire Marseille avant de se raviser et de dire finalement Bordeaux.

« J’ai passé deux excellentes années aux Girondins de Bordeaux. Mais Marseille, ça reste quand même au-dessus. Le football là-bas, c’est une religion. Tu gagnes, la ville est de bonne humeur. Tu perds, toute la ville est triste. L’ambiance c’est incomparable. Après, c’est vrai qu’à Bordeaux, j’ai vraiment progressé. Jean-Louis Gasset et Laurent Blanc m’ont fait énormément progresser. Sans eux, je ne serais jamais allé à l’OM. J’étais vraiment au top, à Bordeaux. Je dis Marseille au départ parce que Marseille, c’est compliqué, il faut être fort dans la tête, mentalement. Le premier match au Vélodrome, il y a un cafouillage et je dégage le ballon dans la tribune. Et j’entends ‘oh Diawara, ici on joue au ballon, on n’est pas à Bordeaux !’. Tu fais semblant que tu n’entends pas, mais tu entends tout (rires). Si tu es faible mentalement, tu ne peux pas réussir à Marseille. Quand tu gagnes, ils te mettent au-dessus de la Bonne Mère, mais quand tu perds… Ils te mettent au fin fond du Vieux Port. Tout le monde t’insulte, le boucher, la boulangère, lors des courses… (rires). Mais bon tu ne calcules pas parce que tu sais que tu es nul, donc il faut assumer. Tu baisses la tête, tu pousses ton caddie, tu rentres chez toi et c’est tout ».

Retranscription Girondins4Ever