Antoine Gobin : “Je posais très souvent les trois mêmes questions pour comprendre le travail qui était fait. La réponse était très souvent ‘parce qu’on a toujours fait comme ça’”

Antoine Gobin, passé par les Girondins de Bordeaux en tant qu’associé du fonds new-yorkais GACP, a fait part de son travail avec les salariés des Girondins, dans le but d’optimiser le club

« A Bordeaux, j’ai passé la majeure partie de mes premiers mois à parler à une grosse partie des salariés, que ce soit dans le sportif ou l’extra-sportif. Je posais très souvent les trois mêmes questions pour comprendre le travail qui était fait, et pour remettre en cause un peu le travail que cette personne faisait. Première question, est-ce que ce que tu fais aide à augmenter le chiffre d’affaires et les revenus ? Deuxième, est-ce que cela aide plutôt à réduire les coûts ? Et trois, est-ce que ça aide à développer la Fan Base, est-ce que ça aide à ramener plus de supporters ? Si ce que tu fais ne réponds à aucune de ces trois questions, pourquoi le fais-tu ? La réponse était très souvent ‘parce qu’on a toujours fait comme ça’. C’est ce côté ‘parce qu’on l’a toujours fait’, qui est la pire des réponses. Cela veut dire qu’il n’y a jamais eu de remise en cause. Très souvent, les clubs qui ne sont pas optimisés, c’est qu’il n’y a jamais de remise en cause, mais également une direction très claire de là où on a envie d’aller. A Bordeaux, il y avait beaucoup de sujets de conversation sur ‘la Belle Endormie’, ‘regardez le nombre de salariés’… Mais ce n’est pas une question de salariés forcément, de temps en temps c’est juste une question d’optimisation : est-ce que les salariés sont au bon endroit, est-ce qu’ils sont en train de faire les bonnes choses, est-ce que leurs compétences ne seraient pas mieux utilisées ailleurs ? »

Retranscription Girondins4Ever