Christophe Monzie : “Enock Kwateng se fait déstabiliser d’une façon qui, même face à un adversaire de cette qualité, n’est pas tolérable”

Sur ARLChristophe Monzie souhaite que désormais les Girondins de Bordeaux règlent leurs problèmes défensifs. Le groupe a beau bien vivre, mais il faut désormais des résultats.

« On n’a pas encore réussi en 13 matches à faire un clean-sheet, ce qui est quand même… Cette équipe a des qualités comme la réactivité, elle a une bonne volonté évidente car les garçons ne sont pas contaminés par les miasmes de la saison dernière. Il n’y a pas d’ambiance pesante contrairement à l’année dernière. On ne peut pas dire qu’il y a des garçons comme un l’année dernière qui était sur le retour, qui faisait 2 minutes, deux tours de terrain et qui partait, sans que Jean-Louis Gasset ne lui dise rien… On ne voit pas ça cette année aux Girondins, tout se passe bien malgré la 18ème place. Il y a une bonne volonté évidente, une solidarité parfois aussi admirable. On l’a vu sur le dernier quart d’heure contre Paris mais on l’a aussi vu d’autres fois lors des trois remontadas que les Girondins ont faites avant ce match. A côté de ça, ils n’ont pas encore réussi à faire un match complet. Il y a la perméabilité défensive qui est peut-être due au fait que Bordeaux n’a pas réussi un match complet. Ce qui me chagrine le plus dans les trois buts qu’on a pris contre Paris, c’est le premier. Le principal fautif sur le crochet de Neymar, qui est d’ailleurs arrêté, c’est quand même Enock Kwateng qui se fait déstabiliser d’une façon qui, même face à un adversaire de cette qualité, n’est pas tolérable. Si ça rentre si facilement, c’est compliqué quand même… »

Retranscription Girondins4Ever