Philippe Fargeon : “J’habitais dans mes montagnes, et je ne pouvais pas imaginer un seul instant autre chose que les Girondins”

Photo Icon Sport

Philippe Fargeon s’est souvenu de son arrivée aux Girondins de Bordeaux.

« A cette époque-là, j’ai eu beaucoup de propositions. Pas mal de club français et italiens me demandaient. Pour moi, c’était simple, Bordeaux était le plus grand club français, donc je ne voyais pas pourquoi je n’irais pas à Bordeaux. Ce club m’a toujours fait rêver alors que j’étais loin. J’habitais dans mes montagnes, et je ne pouvais pas imaginer un seul instant autre chose que les Girondins […] Je venais d’un petit village en Suisse où il y avait beaucoup d’animation et d’engouement, parce qu’il y avait 15000 habitants et 15000 personnes aux matches, donc vous imaginez un peu cette chaleur… Je suis arrivé en pleine nuit à Bordeaux, dans un avion avec Didier Couecou, Aimé Jacquet, et Jean-Pierre Hourcade. Ils étaient venus me chercher pour que je visite les infrastructures. Cela faisait trois fois qu’ils me demandaient de venir et jusqu’alors, j’étais bien dans mon petit village. Quand je suis arrivé, j’ai senti l’envie de ces gens, leur passion… Quand vous visitez les infrastructures, vous imaginez bien aussi que vous ne pouvez pas faire autre chose que de signer dans ce club ».

TV7

Retranscription Girondins4Ever