Léonard Specht : « Il faudrait éviter du côté de Bordeaux, de perdre en stabilité »

Sur France Bleu Gironde, Léonard Specht, ancien défenseur du club, est revenu sur ce qu’a vécu Strasbourg il n’y a pas si longtemps à savoir une descente aux enfers, la perte du statut professionnel puis un renouveau pour être aujourd’hui en Ligue 1. L’ingrédient magique dans tout ça ? La stabilité.

Léonard Specht :

«Déjà, la chute était terrible. C’étaient des événements qui ont commencé bien au-delà sur le terrain. Le club a été vendu à droite, revendu à gauche, c’était des traders anglais qui étaient un peu les propriétaires du club. Finalement, l’instabilité au niveau de la direction a rejailli sur le foot. Au lieu de s’occuper du terrain, de voir les joueurs qu’il fallait recruter, on dépensait toute l’énergie en dehors du terrain et naturellement, le Racing est descendu en CFA. C’était terrible, très dur, donc il faudrait éviter du côté de Bordeaux de perdre en stabilité. Quand vous changez autant de fois de direction, on ne peut pas avoir de stabilité. Après, Marc Keller est venu, c’était quelqu’un qui connaissait le foot, qui connaissait le club parce qu’il y a été joueur, qui avait aussi connu d’autres clubs. Il s’est entouré d’une équipe puis tranquillement, avec beaucoup d’humilité et de travail, il a reconstruit le club. Il a fait que ce club retrouve une famille. Une des caractéristiques du Racing, c’est sa solidarité, au niveau des dirigeants et des joueurs, et les résultats suivent. Mais il y a des moments difficiles, on en a connu l’an dernier et il y a trois ans. Mais la stabilité fait qu’on continue à bosser, à travailler, puis après les résultats arrivent » 

Retranscription Girondins4Ever