Nicolas Maurice-Belay : « Tout ça, c’est trop peu. On lui a donné l’équipe depuis le mois d’août. Il y a quand même un minimum à donner »

Dans le dernier Sportcast de Sud Ouest (lien ICI, ou player en bas de page), Nicolas Maurice-Belay, qui ambitionne de venir coach et qui s’occupe des U18 de Mérignac-Arlac, a été invité à juger les six premiers mois de l’entraineur des Girondins de Bordeaux, Vladimir Petkovic.

« C’est un regard qui n’est pas flatteur. Je l’ai connu avec le France-Suisse, cette réputation-là. Ton club passe ric-rac à la DNCG, tu l’achètes tant… Après, je ne vais pas mettre sur son dos son salaire par rapport à ce qu’il produit… Mais tu additionnes tout ça… Je pense que de le payer autant, même de le choisir… Je pense que le Président a pensé que c’était la voie du succès par rapport à l’équipe, celle de changer l’entraineur pour changer les joueurs. On s’est aperçu que malgré ça, c’est un échec. Au niveau du contenu, et même des joueurs individuellement, je ne sais même pas si je peux citer cinq satisfactions… Alberth Elis sûr, Benoit Costil c’était au début de saison, Hwang Ui-Jo… Mais toujours est-il que je ne trouve pas qu’il y ait un style. Le style de balancer un pointu devant… Il n’y a vraiment aucun duo de joueurs qui marche ensemble. Par exemple, cette défense arrive à être solide de temps en temps, le latéral droit et le central droit… Au départ, j’avais une petite pensée pour Kwateng-Pembélé quand ils jouaient à cinq derrière. Tu avais l’impression que Kwateng en central droit, et Pembélé qui est un peu plus foufou en piston, ils arrivaient à trouver une alchimie. Mais même là, ça n’a pas duré. Est-ce que ce sont les joueurs, le coach ? A un moment, on est obligés de faire un constat que tu n’as qu’un joueur qui a une bonne régularité depuis le début de saison : Albert Elis. Le reste, c’est inconstant de chez inconstant. Mais tout ça, c’est trop peu. On lui a donné l’équipe depuis le mois d’août. Bien sûr, tout ne se fait pas aussi vite qu’on le voudrait, mais il y a quand même un minimum à donner ».

Retranscription Girondins4Ever