Marc Vernet : « Oui les joueurs se confient. Cela fait aussi partie du traitement »

Sur France Bleu Gironde, Marc Vernet, kiné des Girondins de Bordeaux entre 1989 et 2019, a répondu aux questions d’éventuelles pressions sur le staff médical concernant un joueur blessé, la charge de travail importante pour qu’il soit vite valide. Il a aussi évoqué cette période de 15 jours, bénéfique pour un staff car ils ont les joueurs à disposition.

“La pression ? oui mais bon ça fait partie du boulot donc quand le joueur récupère après pour nous c’est une victoire. Après ce n’est pas forcément de pression mais bon c’est à nous de nous la mettre un petit peu puis essayer de faire pour le mieux mais après comme je vous le dis, c’est notre boulot et puis c’est cela qui est bien. De remettre les joueurs en route. […] Il n’y a pas de problèmes pendant des périodes comme ça, s’il y a des blessés. De toute façon le boulot ne change pas, c’est-à-dire qu’on est là et on va s’occuper encore mieux peut-être (des joueurs) puisqu’il n’y a pas les déplacements, il n’y a pas les matchs donc c’est plus facile”

 

Une période où les joueurs peuvent même se confier et parler de football mais aussi d’autres choses de la vie. Point de vue que partage aussi Jean-Marc Ferratge, ancien joueur des Girondins et également invité dans 100% Girondins.

Marc Vernet :

“Oui les joueurs se confient. Cela fait partie aussi du traitement, c’est-à-dire qu’on parle, mais on ne parle pas forcément de football. On parle d’autres choses, de la vie, de ce qu’il se passe à droite, à gauche, même dans le monde. C’est ça qui est intéressant aussi dans notre travail c’est que nous, ce n’est pas totalement axé sur le football. On est là pour les soigner. Bien sûr on ne va pas s’entendre totalement avec tous les joueurs mais la plupart du temps on fait des efforts pour que cela se passe bien.”

Jean-Marc Ferratge :

Jean-Marc Ferratge est en haut à gauche

“Oui, ce que dit Marc est d’autant important parce qu’il y a la blessure physique mais aussi il peut y avoir la blessure morale derrière et moi les kinés que j’ai eu ce sont aussi à un moment donné des confidents. Alors tous les joueurs ne vont pas aller vers le kiné de la même manière et on a besoin à un moment donné, moralement, d’être à la fois rassuré et de savoir où on veut aller par rapport à notre blessure, ça c’est la chose médicale. Mais on a aussi besoin de pouvoir parler de toute autre chose, de la vie, des enfants, d’autres plaisirs que le football. Cela permet aussi moralement des fois comme on dit, de se refaire une santé et de sortir du stress du football et de la blessure, ces moments là qui sont importants”

 

Retranscription Girondins4Ever