Christophe Monzie : “Cette équipe, mentalement, psychologiquement, n’est peut-être pas capable de se battre pour le maintien, de jouer des matches au couteau”

Sur ARLChristophe Monzie est revenu sur la défaite des Girondins de Bordeaux à domicile face à l’ESTAC le week-end dernier (0-2).

« Ils se sont rapprochés du précipice, avec un match qui a été raté face à Troyes. On n’a pas été à la hauteur de l’événement et on a été surtout dépassés par l’enjeu. On avait les jambes qui flageolaient un peu. Cette équipe, mentalement, psychologiquement, n’est peut-être pas capable de se battre pour le maintien, de jouer des matches au couteau. A travers les matches à Clermont et surtout face à Troyes dans de plus grandes proportions encore, on a eu la démonstration de ça. Quand on est face à un match couperet, qu’il faut gagner absolument, les Girondins n’y arrivent pas et confondent vitesse et précipitation. Face à Troyes, ils ont voulu finir les choses avant de les avoir commencées, ils ont mal préparé les actions, et quand ils ont été menés ils se sont impatientés à vouloir mettre le ballon devant à n’importe quel prix au lieu d’essayer de gagner les duels balle au pied. Beaucoup de joueurs ont couru dans le vide, comme Yacine Adli qui, au fil des matches, n’est plus que l’ombre du joueur qu’il était avant Noël. Junior Onana aussi qui a perdu beaucoup plus de ballons qu’à l’accoutumée, dont un qui a failli coûter le second but juste avant la mi-temps. Hwang n’a été jamais servi dans de bonnes conditions, Rémi Oudin s’est précipité aussi en mettant souvent le ballon devant le but, et quelque fois on balançait les ballons devant alors qu’il n’y avait pas un coéquipier à dix mètres à la ronde… Et que dire aussi des coups de pied arrêtés, des corners notamment. Le seul qui a été bien tiré, c’est celui de Hwang en seconde qui a atterri sur la poitrine et peut-être même sur la main de Biancone. Mais là, est entré en ligne de compte un paramètre qu’on ne peut pas occulter lors de ce match, c’est-à-dire l’arbitrage de Monsieur Buquet […] Maintenant, il n’y a plus que Metz qui est à notre hauteur et devant, ça commence à se réveiller. Derrière, le programme qui nous attend n’est pas de nature à nous rassurer. Si on n’a pas su prendre des points contre les deux promus de la saison dernière, je me demande comment on va faire pour en prendre au Parc des Princes, et même la semaine suivante face à Montpellier qui a gagné les deux dernières années au Matmut, puis ensuite il y aura Lyon et Lille… Ce sera un programme très compliqué. Il y a trop de joueurs dans cette équipe qui sont en-dessous du minimum exigible. David Guion a tout tenté, il a tenté l’association avec M’Baye Niang et Hwang Ui-Jo ».

Retranscription Girondins4Ever