[Paroles de supporters #36] Vavasazzo : “Mon grand frère m’avait dit, si tu n’es pas pour Bordeaux tu n’es plus mon frère”

Aujourd’hui dans “Paroles de supporters épisode 36”, nous sommes avec Valentin alias Vavasazzo,  rédacteur du compte Girondinfos et supporter des Girondins de Bordeaux, sur Twitter.

Bonjour Valentin  🙂 !

Peux-tu te présenter auprès des supporters en quelques mots ?

Salut ! Moi c’est Valentin alias Vavasazzo sur Twitter, plateforme sur laquelle je supporte les Girondins et raconte pas mal de conneries, car mentalement la première activité est difficile à pratiquer sans craquer un peu à côté ! Sinon, je suis aussi accessoirement le rédacteur de l’ombre de notre cher Diabate33 pour Girondinfos où j’essaye de faire en sorte que tout ce qui en sort ne soit pas trop mal écrit. Et ce n’est pas toujours facile !

D’où supportes-tu les Girondins et depuis quand ? Qui t’a donné cette passion pour les Marines et Blancs ?

Alors je vais joindre tes deux questions via cette anecdote : je supporte les Girondins depuis que j’ai une dizaine d’années, et un certain 26 Octobre 2005, date à laquelle mon grand frère m’avait dit “Si tu n’es pas pour Bordeaux tu n’es plus mon frère” puis m’avait emmené à Lescure voir notre équipe gagner en Coupe de la Ligue contre Marseille, 1-0. C’était incroyable pour moi une telle ferveur, étant plutôt habitué aux matchs de ma ville natale de Bergerac qui compte moins d’habitants que ce que notre mythique stade pouvait accueillir comme public les jours de grands matchs !

Est-ce que tu regardes les matchs en famille ? Entre amis ? En solo ?

Quand j’étais plus jeune c’était souvent en famille, après j’ai pu déménager à Bordeaux et aller au stade avec mes amis, et maintenant que je suis à nouveau loin, c’est seul que je me lamente sur le sort de nos Girondins.

Est-ce que tu viens souvent au stade ? Si oui es-tu abonné dans un groupe ou via le club ?

À l’époque, il m’arrivait de venir au moins une fois par mois, avec la réduction “carte jeune” de la ville, c’était faisable. Aujourd’hui, avec la contrainte géographique et le prix des places, c’est beaucoup plus rare. Je n’ai jamais été abonné, mais si le temps me le permet je prendrai mon abonnement sans hésiter.

Si tu ne vas pas au stade, comment fais-tu pour suivre les Girondins ?

Récemment on est plus sur une formule streaming sur ordinateur avec le bon groupe WhatsApp Girondinfos à côté pour vivre le match avec mes potes les plus fervents et passionnés.

As-tu déjà fait des déplacements ? Si oui lesquels ? Et tes prochains envisagés ?

Je n’en ai fait qu’un seul “véritable”, c’était à Toulouse en parcage, et l’ambiance avec les Ultras étaient génialissime et je le recommande à tous. Autrement j’ai vu les deux finales de Coupe de la Ligue de 2006 et 2009, en famille. Le prochain je ne sais pas trop, j’aimerais bien tenter un petit Montpellier ou Nantes, si l’avenir nous le permet.

Photo Icon Sport

Quels sont tes meilleurs souvenirs depuis que tu supportes le FCGB ?

Il y en a tellement mine de rien.. au débotté je te citerais : La victoire de Coupe de la Ligue 2006, le but du 2-1 de Micoud à Gerland à une époque où Lyon domine et le championnat et on finit régulièrement 2ème et je trouvais que ce match signifiait un peu la fin de leur “règne”. Les victoires in extremis contre Rennes et Monaco en 2008-2009. Le mémorable match contre Paris avec LE but de notre Yoyo… Et l’exter de malade de Maurice-Belay pour l’immense Cheick contre le DanoneFC.

Comment tu t’informes sur les girondins ? Par quels supports ?

Beh du coup t’imagines bien que je suis plutôt privilégié dans ce sens-là, et je m’en rends plus forcément toujours compte, mais je suis, grâce à Franck (Diabate33) au cœur de l’info puisqu’il m’envoie – presque – tout ce qu’il sait pour que je le retraite pour Girondinfos donc je m’informe surtout par là. Après, évidemment je lis aussi les médias traditionnels et les médias supporters car c’est toujours intéressant de voir comment les infos sont traitées et reçues ailleurs.

As-tu déjà fait des choses en lien avec les Girondins sur les réseaux sociaux ? (Emissions, chroniqueur, intervenant, invité, pages, groupes, vidéos…)
Hormis ma participation à Girondinfos qui ne m’engage pas trop “publiquement” car je n’en suis pas le principal instigateur (et ça me va très bien !), j’ai brièvement participé à quelques émissions Girondinside avec toi Johann, Diabate33 et Emeric. Ce sont des activités qui sont très exigeantes en termes de temps et d’énergie et j’admire vraiment ceux qui le font, car on ne se rend parfois pas totalement compte du côté prenant que cela peut parfois avoir.

 

As-tu rencontré d’autres supporters au stade ou en dehors, grâce à tous ces lieux de partage ?

Bien sûr ! J’ai rencontré plusieurs personnes et je n’ai jamais été déçu. Je suis toujours tombé sur des personnes extrêmement sympa et passionnées et qui te font vivre le match comme si c’était à chaque fois une finale. Je peux d’ailleurs confirmer que Diabate33 et AdrienMonk64 sont des machines de guerre en virage, capable de chanter et crier 2 heures sans jamais s’arrêter. Des machines dedans et en-dehors du stade. Et à la tireuse à bière aussi.

Si tu devais faire ton onze type des joueurs girondins ?

On peut faire de l’anachronisme ou pas ?

Carrass’ – Faubert (celui de 2006) – Koundé – Planus – Tresh’ – Fernando – Micoud – Malcom – Gourcuff – Wendel – Chamakh
Je n’ai mis que des joueurs que j’ai vu jouer, je n’ai que 27 ans, désolé pour les puristes mais je ne vais pas prétendre connaître Alain Giresse ou Pedro Miguel Pauleta alors que je n’ai vu que des extraits YouTube en 240p.

 

Ton joueur que tu as adoré ?

Fernando Menegazzo. Sans hésiter. D’ailleurs le “Azzo” dans mon pseudo actuel vient de son nom. Pour moi ce joueur avait une classe incroyable, une vision de jeu bien au-dessus de la moyenne, et mental d’acier. Il était exemplaire sur le terrain, il haranguait ses coéquipiers, savait mettre le pied quand il le fallait, savait défendre avec les mains dans le dos, renverser le jeu d’une longue transversale pour débloquer la situation, il parlait un français impeccable et formait une paire imparable avec l’ami Alou Diarra.

Ton joueur que tu aimerais oublier ?

Nicolas de Préville. En fait c’est un tout. La nonchalance, sa tête de chien battu quand on perdait, ses frappes à côté, le coût exorbitant de son transfert et de son salaire au détriment de la venue de Luuk de Jong ; le symbole absolu du règne de Jocelyn Gourvennec qui a plus ou moins pérennisé ce que l’époque Willy Sagnol laissait transparaître, la fin de l’ère de M6 et la fin de la stature des Girondins tels qu’on les a tous aimés.

Ton coach préféré ?

Question compliquée : il y a de çà quelques années j’aurais dit Ricardo Gomes car sa sérénité de l’époque de 2006-2007 était impressionnante, et notre défense solide et imposante. Mais sa deuxième expérience m’a laissé un goût amer. Alors je vais dire Francis Gillot. Certes il avait un peu de faux airs de Droopy avec son ton monocorde qui ferait passer François Hollande pour Kennedy, mais il a récupéré une ruine absolue laissée par Papy Jean Tigana et en a fait un champion de Coupe de France (bon, contre une équipe au rabais et un gardien trop vieux pour se baisser, ça a pas mal aidé), mais je prenais plus de plaisir à voir jouer son équipe que ce que j’ai vu ces dernières années.
Photo Icon Sport

Celui que tu n’as pas aimé ?

Celui que j’ai vraiment détesté du fond de mon âme c’est Jocelyn Gourvennec. Je n’en pouvais plus. Entre ses ingérences pourries sur le mercato, ses compos ubuesques, et les branlées 4, 5-0, 2 week-ends sur 3, j’en garde un horrible souvenir. Avec des twittos lyonnais qui récupéraient les visuels du club qui récapitulaient le score en disant que c’était la collection panini des branlées des Girondins. Je me rappelle avoir complètement craqué à l’époque et avoir passé une heure à faire un montage tout pourri sur PhotoFiltre d’un bateau qui coulait avec Gourvennec comme capitaine qui disait que tout allait bien. Sacrée époque.

Comment vis-tu cette longue période de disette aux Girondins (sans titre depuis 2013) ? Tu relativises ?

Je me dis que c’est un vieux club que celui qu’on aime et qu’il a vécu bien pire dans son histoire. Je sais qu’un jour ça reviendra car tout à Bordeaux est là pour que ça se passe bien un jour. Faudra-t-il tout bazarder pour reconstruire ou parviendra-t-on à se sauver avec Lopez..? Aucune idée, mais je continuerai de suivre. Et s’il faut aller voir un Marmande – Girondins ou un Trélissac – Girondins l’année prochain, et bah on ira, avec le sourire et les potes.

Demain tu es directeur du recrutement avec un bon portefeuille tu prends quels joueurs en L1? Et à l’étranger ? (on a le droit de rêver hein !)

En Ligue 1 comme ça je dirais en restant raisonnable que j’aimerais pourquoi pas un retour de Frédéric Guilbert (Strasbourg), ou un type genre Fabien Centonze (Metz). Peut-être devant Baptiste Santamaria (Rennes), Enzo Le Fée (Lorient). Devant un retour de notre landais le bon Gaëtan Laborde (Rennes). Hors Ligue 1 je ne regarde pas trop, j’aime bien en Italie j’aime bien des types comme Davide Faraoni (Hellas Verone), Manuel Lazzari (Lazio Rome), Riccardo Orsolini (Bologne), Flipppo Melegoni (Genoa)… après les italiens ça nous a malheureusement jamais trop réussi ici !

Photo Icon Sport

Si Petkovic n’était pas venu, tu aurais voulu quel coach et pourquoi ?

Sans aucune hésitation et jusqu’à ce qu’il ne soit plus accessible je milite à 100% pour que le club propose tout ce qu’il a pour signer Marcelo Gallardo. Le mec relève River, club emblématique de l’Argentine. Il gagne tout là-bas. Le type a beau être nain, il a un charisme naturel incroyable, une hargne de folie. Les Argentins l’appellent Napoléon, tellement le mec a tout gagné et est un motivateur né et expert. Le mec est complètement fou et passionné mais avec lui on ne se laisserait pas marcher dessus comme on le voit depuis des années. Et en plus il parle français. Après il aurait absolument toutes les raisons du monde de ne pas venir et c’est bien logique.

Tes souhaits pour les Girondins ?

Que l’on continue de survivre en Ligue 1 autant que possible, car c’est la place de notre club. Parmi l’élite. De toujours. Et pour longtemps, je l’espère.

Chamakh ou Gourcuff ? Gourcuff, car il a marqué LE but que je n’oublierai jamais.

Wendel ou Malcom ? Putain t’es dur… je les aime tellement les deux… Wendel pour les coups-francs de folie.

Ramé ou Carrasso ? Carrasso !

Planus ou Henrique ? Marco ! L’enfant du club, la classe absolue. Et le mec qui a muselé Luca Toni, Del Piero..

Smertin ou Costa ? J’aimais bien Alexeï même si je l’ai peu vu jouer.

Chalmé ou Mariano ? Mariano car Chalmé n’a pas assez duré dans sa bonne période !

Baup ou Blanc ? Lolo Blanc, la touillette, la classe, What else ?

Denilson ou Savio ? J’ai pas assez connu Savio non plus, j’avais vu des bribes de match mais j’étais trop jeune, donc Denilson et son sombrero contre Le Mans !

Darcheville ou Feindouno ? Darche ! Quelle dragster.. rapide et costaud, une frappe d’ours, on adore !

 

Laslandes ou Cavenaghi ? J’ai pas assez connu la bonne période Laslandes mais il était sacrément classe avec Wiltord. Mais Cavé c’est le but du 4-3 contre Monaco.. Cavé !

Fernando ou Diarra ? Fernando évidemment 😀

Zidane ou Lizarazu ? Zizou c’est Zizou.

Lescure ou René Gallice ? Lescure.

Poko ou Maazou ? André… il voulait bien faire, il était juste un peu brave sur les bords notre ami.

Un message pour la communauté des girondins sur les réseaux sociaux ?

Les amis, continuons de rire, de discuter. Essayons de ne pas trop broyer du noir même si la situation porte à ça. Il ne faut pas céder à la facilité de s’accuser les uns les autres de soutenir x ou y. Seul le club compte car c’est notre dénominateur commun à tous. On mérite tous mieux que ce qu’on voit tous les week-ends c’est clair, mais si en plus on se vole dans les plumes entre nous on ne s’en sortira pas. Beaucoup d’entre nous sont hyper intéressants et amènent des discussions passionnées et productives mais on se noie parfois bien trop dans le cynisme et les remarques acerbes, alors que l’on veut tous la même chose, le bien de nos Gironflons adorés. Pour finir, comme le dit si bien l’immense Eric Dagrant : “Partout, tout le temps”, je rajouterai juste “Ensemble”, Allez Bordeaux.

Merci beaucoup Valentin 😉 !

Retrouvez les épisodes précédents :