Elie Baup : “Il ne faut pas faire de l’analytique, d’un côté le physique, d’un côté l’attaque, d’un côté le mental… C’est une dynamique permanente à tous les niveaux”

(Photo by MICHEL GANGNE / AFP)

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Elie Baup, entraîneur des Girondins de Bordeaux Champions de France en 1999, est revenu sur l’aspect mental de son groupe, lors de cette fameuse saison 1998/1999.

Est-ce que l’aspect mental avait été évoqué avec le groupe ?

 

“Toujours ! Vous ne pouvez pas le dissocier. Pour moi, c’est une globalité. Il ne faut pas faire de l’analytique, d’un côté le physique, d’un côté l’attaque, d’un côté le mental… C’est une dynamique permanente à tous les niveaux. Il faut avoir déjà un concept collectif, ça c’était pour nous l’idée d’avoir le ballon, de faire du jeu, de marquer beaucoup de buts. D’allier le résultat à une certaine qualité et en même temps d’avoir émotionnellement une cohérence collective par rapport à ce qui se présentait. De toujours y croire même si on prenait un but, de ne pas lâcher. Cela s’est forgé grâce à des leaders qui étaient aussi dans le groupe comme Michel Pavon, qui avait un rôle assez important, Micoud, Benarbia… Il y avait des leaders dans le groupe qui ont forgé aussi cette croyance, cet état psychologique même quand les moments étaient tendus ou difficiles. Comme sur ce match à Paris, jusqu’au bout tout le monde y croyait. On ne se désunissait pas. On ne lâchait pas l’affaire ou inversement, quand on venait à mener assez facilement. Je me rappelle de ce match, on a reçu Marseille, qui était important parce que sur la saison on a fait match nul au Vélodrome et on a gagné 4 à 1 à domicile. On n’est pas tombés non plus dans l’euphorie derrière parce qu’on avait battu notre concurrent direct avec un tel score

 

Retranscription Girondins4Ever