Johann (Débriefeur Gold FM) : “On n’a même pas fait honneur aux plus de 1000 supporters qui étaient en parcage. L’homme du match côté Girondins c’est le 12ème homme”

Dans Les Débriefeurs sur Gold FM, Johann est revenu sur le contenu du match au Paris-SG, comptant pour la 28ème journée de championnat de Ligue 1. Il a été question des encouragements des supporters mais aussi de cette lutte pour le maintien et cette prise de conscience.

“On ne s’est pas battu. On n’a même pas fait honneur aux plus de 1000 supporters qui étaient en parcage. L’homme du match côté Girondins c’est le 12ème homme. Les supporters ont fait le déplacement, franchement je les salue. Il y en avait beaucoup de notre communauté, qui sont sur les réseaux sociaux, notamment de Twitter et qui étaient au stade, bravo à eux. Mais sur le terrain qu’est-ce qu’ils ont vu ? Ils n’ont rien vu sur le terrain. Encore une fois je me répète peut-être mais je m’en fiche que ce soit le PSG. A un moment donné, il faut prendre des points contre tout le monde. Nos adversaires directs arrivent à le faire. Pourquoi Bordeaux ne peut pas ? Il ne faut pas se bloquer en se disant que c’est Paris et qu’on va prendre une volée. Si sur ce match les joueurs avaient eu un peu d’amour-propre et de solidarité, il n’y aurait pas eu ce score de 3-0. Paris a marché, ils ont marqué quand ils ont accéléré un peu, face à des plots. Je ne pèse pas mes mots parce que c’était le cas. La défense a été statique. Marcelo pris de vitesse, Oudin pris de vitesse. Gregersen pris de vitesse… Les mecs étaient à l’arrêt. Il y a un gros problème. Le goal-average n’est pas bon, cela nous coûte un point supplémentaire par rapport à nos concurrents et ça il ne faut pas l’oublier. Parce qu’en fin de saison ce sera vachement important. Si on finit à égalité de points avec Lorient, Metz ou Troyes et si on a -30 au goal-average et qu’ils ont -25 ou -19, on sera dans la charrette. J’ai l’impression que les joueurs n’en n’ont pas pris conscience. Nous on en a conscience en tant que supporters. Car on veut sauver le club. On ne peut pas rentrer sur le terrain. Les supporters sont derrière mais les joueurs ne font pas le taf et cela m’énerve, ça me saoule. Il va vraiment falloir faire quelque chose et que ça tape fort du poing sur la table. On avait parlé des paroles de Lopez dans la semaine. Il a peut-être aussi raison. Il veut que le club se sauve, nous aussi ! Il faut que les joueurs en prennent conscience, que l’entraîneur en prenne conscience et que lui aussi change. Pendant le match quand on a pris 3-0 à la 68ème, David Guion fait 3 changements… J’ai eu l’impression de revenir à l’époque Petkovic où il attendait que ce soit terminé pour faire trois changements d’un coup. Pourtant on a changé de coach… Cela m’interpelle un peu.

 

 

Le podcast de l’après-match :

Point G – le podcast sur les Girondins de Bordeaux (audiomeans.fr)

 

Retranscription Girondins4Ever