Florian Brunet : “Viendra l’heure des comptes si l’espoir disparaît. En attendant, cet espoir existe encore et nous n’avons ni l’envie ni le droit de lâcher”

Photo Ultramarines

Si la voix de plus en plus de supporters s’élève contre les joueurs des Girondins de Bordeaux, voire sa direction, ils n’ont pour autant pas de solutions réelles à proposer pour sortir le club de cette tourmente, voire même pour remobiliser les joueurs. Les Ultramarines, eux, ont été au Haillan samedi afin de tenter de remobiliser un groupe de joueurs, qui n’aura répondu qu’une dizaine de minutes sur le terrain face au PSG, avant de retomber dans ses travers.

Il y a quelques mois/années, cette visite du principal groupe de supporters avait souvent eu un effet, la plupart du temps immédiat. Force est de constater que malheureusement la prise de conscience n’a pas eu lieu chez les joueurs bordelais. Et le temps presse… Pour autant, les Ultramarines n’envisagent pas d’opter pour des solutions qui n’ont, non comptant de donner une mauvaise image, pas apporté grand-chose sportivement parlant ensuite (envahissement de stade, casse, violences en tout genre). Et, franchement, c’est tout à leur honneur.

Cela n’a pas empêché le groupe de supporters ces derniers jours de repousser les joueurs du club lorsqu’ils sont venus les saluer en fin de rencontre, de ne pas les applaudir non plus à ce moment-là (encore heureux), voire pour certains de les siffler. Car oui, la patience et le soutien a des limites. Les Ultramarines s’évertuent, dans cette situation délicate et critique, à soutenir le club et leurs joueurs, même si ceux-ci ne répondent pas aux attentes. Cela s’est vu lors des derniers déplacements, comme à Clermont ou au Parc des Princes, mais également à domicile où une équipe, 20ème du championnat, fait tout de même de “belles” affluences par rapport au contexte. En tout cas, le Virage Sud est toujours plein.

Florian Brunet, sur ses réseaux, a confirmé la tendance de l’union sacrée, et le fait de supporter, de pousser sans faille les joueurs. Cependant, un retour est désormais attendu car ce qui est produit en tribune est diamétralement opposé à ce qui se passe sur le terrain.

“Nous ne lâcherons rien mais soyez enfin dignes de vos supporters et de l’histoire du Football Club des Girondins de Bordeaux. Nous n’avons pas le droit de descendre. Dès dimanche nous devons recoller mais cela ne se fera que par une mentalité de guerrier. Nous ferons tout, comme toujours, pour vous donner de la force”.

Avec cependant un message très clair, et qui pourrait être une banderole : “Vous resterez à jamais ceux qui ont perdu contre Marseille, ne soyez pas ceux qui vont nous envoyer en Ligue 2”. Car oui, l’espoir est encore là, même s’il est mince. Mais à l’image du rachat du club, où les Ultramarines avaient bataillé jusqu’à la dernière seconde pour que celui-ci soit repris et figure en Ligue 1, ils donneront tout tant que cet espoir ne sera pas éteint. “Viendra l’heure des comptes si l’espoir disparaît. En attendant, cet espoir existe encore et nous n’avons ni l’envie ni le droit de lâcher. Après avoir fait honneur au club à Paris et avoir été sa seule fierté, remplissons encore Gallice dimanche face à Montpellier”.