Jean-Yves De Blasiis : “Pour une descente parfois, il y a des clauses qui permettent à des joueurs de se libérer”

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Jean-Yves De Blasiis, ancien joueur des Girondins et entraîneur actuel de l’équipe féminine de Régional 1, a répondu à la question de savoir s’il était difficile de demander à un joueur de rester, même en cas de relégation en Ligue 2.

 

“On peut toujours lui poser la question, j’imagine. Mais aujourd’hui, il y a tellement de paramètres qui font que dans la gestion d’un joueur professionnel c’est trop compliqué. Oui, on peut lui poser la question mais il est en droit de dire “Je m’en vais”. Il est peut-être, par contrat, libéré déjà. Pour une descente parfois, il y a des clauses qui permettent à des joueurs de se libérer. Et puis il y a la question du budget, la question du salaire etc… Une relégation en Ligue 2 a des conséquences financières importantes. Il y a trop de paramètres pour être sûr de pouvoir retenir des joueurs qui auraient bien réussi la fin de saison et qui, je le souhaite, vont nous permettre de nous maintenir en Ligue 1

 

Est-ce qu’en 30 jours un coach est installé ?

 

“Je pense qu’effectivement 30 jours, c’est à la fois rien mais parfois, et on le sait, le levier psychologique est puissant. Pour certains joueurs, avoir un nouveau discours, et je pense que David joue beaucoup là-dessus. Il est plutôt doué sur ce point-là. Donc, je pense qu’en 30 jours et même parfois en quelques heures, on peut remettre psychologiquement des joueurs dans le bon sens. Mais il faut débuter une série. La débuter à domicile contre une bonne équipe de Montpellier serait un bon symbole. On parlait de confiance avec Hwang mais les joueurs ont besoin de ça. De remporter un premier match Dimanche leur permettrait psychologiquement, peut-être de démarrer une série”

 

Retranscription Girondins4Ever