David Guion : “Une chose est sûre, c’est qu’à l’heure où je vous parle, je n’ai vraiment pas envie de les laisser au repos”

En conférence de presse d’après match, David Guion a confié que contrairement à ce qui était attendu, les Girondins de Bordeaux ne partiraient pas en stage lors de la trêve. En revanche, il y aura bien un match amical vendredi contre Alaves.

« Il faut que je réfléchisse. Une chose est sûre, c’est qu’à l’heure où je vous parle, je n’ai vraiment pas envie de les laisser au repos. Sur ce début de semaine, je pense qu’on a besoin de travailler, de se parler… Il faut que les joueurs arrivent à se libérer, et qu’ils donnent beaucoup plus d’énergie dans un match. Il faut parler avec eux à nouveau, essayer de trouver encore des leviers… Ce sera tout le travail de cette trêve. C’est vrai qu’on a deux semaines pour bosser, pour travailler, et comme je le disais, il y a neuf matches, 27 points. C’est un petit motif d’espoir »

Pas question de s’occuper des concurrents directs.

« Il serait temps de gagner des matches. On avait notre destin entre les mains, je l’ai dit à mes joueurs avant le match. Et c’est ça qui me déçoit le plus. C’est pour ça que je suis en grosse colère contre eux. On avait la victoire qui nous tendait les bras. On avait notre destin entre les mains à 15 heures. Là, aujourd’hui, même si nos adversaires, quelques-uns, n’ont pas pris de points… Mais pour réduire l’écart, il faut aussi qu’on se concentre sur nous pour aller chercher des points. C’est pour ça qu’en ce moment je suis plutôt préoccupé par le rendement, l’efficacité des Girondins, plutôt que le classement des autres ».

Retranscription Girondins4Ever