Philippe Lucas : “On en parle parce que derrière il y a une défaite. Et le moindre détail maintenant est épié, développé et surtout exagéré”

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Philippe Lucas, ancien joueur et entraîneur des Girondins, a donné son sentiment sur ce qu’il se passe actuellement et à quel point les supporters des Girondins avaient été importants dans le match Bordeaux – Milan. On en parle toujours donc là c’est un peu étonnant ce qu’il se passe actuellement…

 

“Oui, c’est étonnant d’autant plus qu’on sait très bien que les supporters ont un rôle de 12ème homme à jouer. Il ne faut pas qu’ils commencent à lâcher le club parce que le club a besoin de cette force derrière eux. On dit toujours qu’une équipe, quand on veut la supporter c’est dans les bons comme les mauvais moments. Et là, la passe est très mauvaise que traversent actuellement les joueurs et le club. Mais si toutes les forces internes et externes sont réunies, on peut espérer se sauver de ce mauvais pas. Cela ne passera que par là

 

L’ancien joueur s’est également exprimé sur le tirage de maillot de Benoît Costil vert Anel Ahmedhodzic. Finalement une engueulade suite à une incompréhension entre un défenseur et son gardien de but. Est-ce que cela te paraît disproportionné où est-ce un simple fait de jeu ?

 

“Je pense que vu le contexte général, si on avait gagné le match, on n’en parlerait pas aujourd’hui. On en parle parce que derrière il y a une défaite. Et le moindre détail maintenant est épié, développé et surtout exagéré. Cela m’est arrivé aussi, notamment dans mon début de carrière, de m’embrouiller avec mon gardien. Et ça s’est vite calmé. On s’est expliqué après le match puis terminé et il n’y a pas eu plus que ça. C’est vrai que ce sont des faits de jeu. Cela peut arriver, surtout quand il y a la barrière de la langue. On ne se comprend pas, ça fait partie du jeu”

 

 

Retranscription Girondins4Ever