Plusieurs joueurs des Girondins aperçus tout sourire, pratiquant le Futsal, chose interdite, sur leur jour « off »

Depuis maintenant un mois, nous voyons, devant nos yeux de simples amateurs de football, notre club sportivement sombrer, couler, vers la Ligue 2… Beaucoup de responsables ont été pointés du doigt, mais comme nous n’avons eu de cesse de le répéter ces derniers jours, pour nous, les principaux responsables sont les joueurs. Ces joueurs dits professionnels. Ces joueurs qui ont eu de bons discours, ces joueurs voulant mettre leurs couilles sur la table, ces deux joueurs plus à l’aise devant les micros que sur un terrain. Ces joueurs-là nous font aujourd’hui descendre en Ligue 2.

Bien évidemment, nous en avons entendu de nombreuses, des vertes et des pas mûres, cette saison, sur bon nombre de joueurs. Car oui, Bordeaux, c’est un « petit Paris », selon l’expression. Mais plus que Paris, c’est surtout… petit. Tout se sait.

Si nous avons décidé de nous taire depuis quelques semaines, l’attitude de certains, notamment après ce qui s’est passé – ou pas passé, plutôt – sur le terrain à Angers, va nous pousser à parler sur plusieurs événements passés cette saison. Ce soir, comme chaque lundi depuis maintenant un mois, plusieurs joueurs professionnels des Girondins de Bordeaux, ont joué au Futsal, affichant un grand sourire, malgré la descente des Girondins de Bordeaux qui se profile.

 

Afin d’éviter des reproches que nous pourrions avoir, nous tenons à signaler que la pratique du Futsal est interdite pour un joueur de football professionnel, notamment lors d’un jour dit « off », à savoir le lundi. Evidemment car le risque de blessure existe. Evidemment car un jour « off » est fait pour se reposer. Comme d’ailleurs le fait de disputer un tournoi « amical » au Barp, comme ce fut le cas pour Gaëtan Poussin vendredi soir, à l’avant veille d’un déplacement à Angers.

Ce soir encore, M’Baye Niang, Yacine Adli, Abdeljalil Medioub et Mehdi Zerkane, étaient pourtant sur un terrain de Futsal bien connu de Bordeaux Métropole, comme depuis quatre lundis consécutifs. A la vue de tous. A la vue d’une centaine de personnes, aussi médusées que nous, après le triste spectacle auquel nous avons assisté hier, auquel 400 supporters bordelais ont assisté du parcage angevin.

M’Baye Niang, qui n’était pas inquiet pour le maintien il y a encore trois journées. Yacine Adli, auteur d’une bonne première partie de saison, et qui a complètement disparu en seconde. Abdeljalil Medioub, qui quelques jours après sa prolongation au club, expliquait en privé, sans détours, qu’il n’aurait jamais dû prolonger. Et Mehdi Zerkane, écarté pour une sombre histoire de faux tests PCR en période Covid, qu’il a toujours démentie.

Il y en a eu d’autres, cette saison, et de très nombreuses, croyez-nous. Rendez-vous prochainement, certainement…

Honte à vous