Steve Savidan : « Là où ça m’embête le plus c’est que c’est une grande place forte du football français. Mais personne n’est irremplaçable dans le foot »

Sur France 3 Noa, l’ancien avant-centre, Steve Savidan, s’est exprimé sur l’avenir des Girondins de Bordeaux, qui vont tout droit en Ligue 2.

« Quelque part, c’est un mal pour un bien. Là, tu ne repars pas de zéro. Il y a des joueurs qui vont partir. Strasbourg, quand ils descendent, ils font un dépôt de bilan, et ils acceptent de repartir de très bas. Ils se sont dit qu’ils allaient reprendre du temps, car des choses avaient mal été faites. Ils ont appris de leurs erreurs et un peu plus de dix ans après, ils se retrouvent quand même dans les places européennes potentielles ».

Puis il eut une pensée pour tous les salariés du club bordelais.

« La masse salariale joueurs, représente toujours la majorité des salariés d’un club… Pour aller souvent au Haillan, il y a quand même du monde dans le club, ça vit… Pour avoir vécu une situation similaire – même si je ne suis pas descendu au final – juste avant que ça craque avant la descente, le Président était venu nous voir avec tous les salariés… Quand tu vois les salariés, que tu es pris par l’intime et l’affectif… Je pense que les joueurs devraient aller voir tous les gens qui sont dans l’administratif, la partie technique chez les jeunes, les jeunes aussi, l’école de foot, la préformation, les éducateurs, et faire preuve aussi un peu d’humilité… Les joueurs, à un moment donné, auront leur vie après les Girondins, mais il y a beaucoup de gens qui comptent sur un avenir des Girondins de Bordeaux. Donc repartir d’une page blanche, ça peut être bien. Je n’ai pas la capacité affective, je n’ai jamais joué aux Girondins de Bordeaux, je leur ai souvent fait mal (sourire)… J’habite à Bordeaux, mais ça ne suffit pas pour être dans l’affection. Là où ça m’embête le plus c’est que c’est une grande place forte du football français. Mais personne n’est irremplaçable dans le foot, ni dans le sport de haut niveau. Il y a d’autres clubs qui prendront la place. Si les Girondins de Bordeaux veulent créer leur avenir, c’est à eux de bâtir avec des fondations très puissantes. Ils ont tout l’avenir devant eux, mais il y a un boulot à finir ».

Retranscription Girondins4Ever