Marc Planus : « Quand vous les voyez faire 8 heures de bagnole pour aller voir un match, avec une équipe qui finit un match sans jamais s’être battue… »

Source Twitter @EmeryTaisne

Sur ARL, Marc Planus a été invité à réagir à la proximité entre Gérard Lopez et les Ultramarines. Pour l’ancien défenseur central des Girondins de Bordeaux, ce n’est pas forcément un problème. Il est aussi bon de rappeler que toutes les directions passées étaient en contact avec les Ultras.

« Moi, ça ne me dérange pas, honnêtement. Je pense que Bernard Tapie était proche des groupes de supporters à l’époque… Je pense qu’il avait réussi à manager ça. C’est un équilibre très fragile et compliqué à maintenir dans une atmosphère saine. En revanche, il faut que chacun comprenne qu’on a chacun un rôle à jouer dans le club. Les supporters sont là pour supporter, mettre l’ambiance dans le stade, être le 12ème homme, pour transcender l’équipe quand elle est en difficulté. Après, quand vous les voyez faire 8 heures de bagnole pour aller voir un match, avec une équipe qui finit un match sans jamais s’être battue… ça, à un moment donné, c’est la petite goutte d’eau qui fait déborder le vase, et ils demandent des comptes. Ce que je peux entendre. Après, il faut faire attention, ne pas tout mélanger. Il y a des choses qui se passent dans un vestiaire, cela doit rester entre le staff et les joueurs. On côtoie les supporters à l’extérieur, il n’y a pas de souci, mais tout ce qui se passe dans le Château, doit rester dans le Château. Ça, c’était grande force qu’on avait eue à notre époque. Attention, maintenant il y a la montée des réseaux sociaux et compagnie, c’est différent, les cartes ont été rebattues. C’est différent. Il faut le prendre d’un certain angle. Mais il faut faire attention parce que c’est très fragile ».

Retranscription Girondins4Ever