Bernard Michelena : « Lorsqu’il est revenu chez lui, il a appelé son chalet à Thônes, Le Girondin : ça c’est Aimé Jacquet »

Icon Sport – Magazine Bordeaux

Pour AquiTélé, Bernard Michelena, entraineur adjoint d’Aimé Jacquet entre 1980 et 1989, a voulu justement se rappeler de « Mémé ».

« De tous les entraineurs que j’ai pu côtoyer depuis Salvador Artigas jusqu’à Elie Baup, c’est Aimé Jacquet, évidemment… Aimé qui est étonnant. C’est quelqu’un qui s’est enrichi intellectuellement à Bordeaux. Lorsqu’il est revenu chez lui, avec le petit pécule qu’il avait récupéré lors de sa carrière, il a appelé son chalet à Thônes, Le Girondin, ça c’est Aimé Jacquet ».

Benoit Michelena, le fils de Bernard, donna également ses souvenirs d’Aimé, lorsqu’il était plus petit.

« Il était génial. Déjà, en tant qu’homme… On jouait avec son fils, Nicolas, dans les équipes de jeunes des Girondins, donc on faisait fréquemment des week-ends avec les deux familles. Aimé, c’est un mec digne, un mec humble, un super coach évidemment. Mais le plus grand plaisir a été le jour où il leva la Coupe du Monde. En 1998, j’étais un peu plus âgé, et j’avais aussi une vue d’ensemble sur ce que certains lui ont mis… C’est la plus belle des victoires. Ils peuvent tirer leur révérence, eux sont Champions du Monde, et ça s’arrête là, en fait. Ils sont Champions du Monde, et ça ne bougera plus jusqu’à la fin des temps »

Bernard Michelena ajouta sur les critiques, notamment du journal L’Equipe :

« Aimé a dit qu’il ne pardonnera jamais à L’Equipe. Ils ont essayé de dire que c’était France Football etc, mais non… Il a été massacré, il a été mis dans une boite… C’était le pecnot, alors qu’il était d’une richesse… ».