L’anniversaire de Benoit Costil souhaité par le FCGB, avant d’être finalement retiré

Benoît Costil est né le 3 juillet 1987 à Caen. Comme pour chaque ancien joueur des Girondins de Bordeaux, le FCGB a donc souhaité l’anniversaire de l’ex-portier bordelais, qui a aujourd’hui 35 ans. Oui, mais… Cet article a été retiré, tout comme la parution de celui-ci sur les réseaux sociaux. Il semblerait, selon les informations sorties, qu’un salarié ait tout bonnement prit l’initiative « habituelle » de souhaiter l’anniversaire à un ancien joueur, sauf que dans ce cas présent, il y a en effet une… grosse nuance.

Souvenez-vous, après « l’altercation » entre le portier et l’un des représentants du Virage Sud, Benoit Costil avait mimé le geste (voir ci-dessus), avec également les mots « vous êtes des vendus » (rapportés par Florian Brunet), ndlr, estimant que les supporters étaient corrompus par… la direction, évidemment. Or, si le Virage Sud est accusé de tous les maux depuis cet événement – et surtout de corruption, chose évidemment impensable par le commun des mortels – Gérard Lopez l’est tout autant au niveau de ces accusations, par la force des choses. C’est ce qu’a voulu faire remarquer Florian Brunet, estimant que le FCGB, propriété du Président Gérard Lopez, était dans son bon droit de ne pas forcément souhaiter l’anniversaire de Benoit Costil, qui a lui-même porté ces accusations à son encontre.

« Nous vivons quand même dans un club où un salarié prend l’initiative de souhaiter l’anniversaire, dans le dos de la direction et en son nom, d’un ex-salarié qui a insulté de corrupteur le patron de ce club et de vendus ses plus fidèles supporters. Sans parler du reste de l’œuvre… C’est juste irréel et cela prouve que tout le monde dans ce club ne comprend et ne respecte pas certaines choses pourtant évidentes et surtout n’agit pas pour l’intérêt collectif, pour l’intérêt supérieur du club. Ce type restera comme celui qui aura porté publiquement la pire insulte que l’on puisse faire à une tribune de bénévoles qui, à la sueur de son front, aura donné à tous des décennies de bonheur. Un peu de décence pour tous ces gens meurtris par la pire insulte qu’on puisse leur faire ».

Et il ne s’agit que du message d’anniversaire car si l’on parle sportif, Florian Brunet a également des arguments.

« Il restera à tout jamais comme celui qui, du haut de son salaire à 200000€ par mois, et son record européen de buts encaissés, nous aura fait perdre contre Marseille, une semaine après avoir cautionné une fête irréelle, et quelques semaines avant d’insulter son patron et le Virage Sud… ».