Les dirigeants des Girondins n’envisagent pas un recours au CNOSF en cas d’échec

En cas d’échec devant la Commission d’appel DNCG de la FFF, les Girondins de Bordeaux auraient encore une solution pour s’en sortir. En effet, le club au scapulaire pourrait encore avoir recours au CNOSF, comme le soulignait, sur France Bleu Gironde, Maître Sylvain Bouchon. « DNCG le 5 Juillet, après l’étape, quelle que soit la décision, la notification doit arriver en lettre recommandée aux Girondins, ça met 3-4 jours. A partir de là, il y a un délai de recours administratif auprès du CNOSF qui est de 15 jours, mais les Girondins peuvent le faire au bout de 2 jours, ce n’est pas la peine d’attendre. Il y a 3 semaines entre l’appel et le début du championnat de Ligue 2. Le CNOSF nomme un conciliateur, ça va très vite, et il doit se prononcer dans les 1 mois. En gros, le temps qu’il y ait la notification, le temps que les Girondins fassent appel et le temps que le conciliateur soit nommé, autour du 12-13 Juillet, il reste encore deux semaines avant le début du championnat. Le conciliateur doit se prononcer sous un mois mais il n’est pas obligé d’aller jusqu’au bout. Franchement ça peut aller assez vite. Honnêtement c’est jouable pour la première journée et je ne vois pas l’intérêt de qui que ce soit, d’attendre ». 

Seulement, personne n’envisagerait d’aller jusque là. En effet, l’entourage de Gérard Lopez explique que « si ça ne passe pas, c’est qu’il y a un truc », sous-entendu que l’on veut que Bordeaux disparaisse. D’ailleurs, L’Equipe précise que les dirigeants bordelais n’envisagent pas d’avoir recours au Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) dans l’hypothèse où la rétrogradation administrative en National est confirmée. Cela signifierait évidemment le dépôt de bilan pour les Girondins de Bordeaux, la perte du statut professionnel, et un redémarrage au niveau de l’équipe réserve, à savoir la National 3.

Pour finir sur une note d’optimisme cependant, rappelons que la saison dernière, Gérard Lopez, qui connait bien les rouages et exigences de la DNCG, avait été face à cette même commission (d’appel de la FFF) qui avait finalement validé son plan de reprise (avec cependant à la clé un encadrement des indemnités de transfert).