Nicolas Rabuel : « On se doutait que Bordeaux allait être maintenu, on a plus travaillé Bordeaux que Villefranche »

Nicolas Rabuel, l’entraineur de Valenciennes, a été questionné sur le match face aux Girondins de Bordeaux, et surtout la préparation de celui-ci, qui a failli ne pas avoir lieu.

« Non, ce n’est pas embêtant. Dès le premier jour, j’ai dit aux joueurs qu’il y avait l’incertitude sur Bordeaux, mais qu’il fallait qu’on se prépare, et on s’est préparé comme si le match allait se jouer. Forcément, on lit la presse tous les jours pour prendre des infos, mais on s’est préparé dès le 20 juin avec cet objectif de la première journée au 30 juillet ».

Le coach valenciennois a avoué avoir plutôt travaillé sur Bordeaux que sur Villefranche.

« On a travaillé sur les deux scenarii, que ce soit Bordeaux ou Villefranche, mais plus sur Bordeaux que Villefranche, surtout sur les derniers jours avec les échos qu’on pouvait avoir. On se doutait que Bordeaux allait être maintenu. On a orienté ça dès le départ, c’était mon travail auprès du groupe, de se conditionner dès le premier jour jusqu’à la veille de match, en partant du principe qu’on allait jouer Bordeaux ».

Quoi qu’il en soit, Nicolas Rabuel s’est focalisé sur le VAFC.

« On arrive en toute fin de préparation, on n‘a que quatre matches amicaux, deux ont été supprimés. Mais sur les séances d’entrainement, sur ce qu’on a mis en place, on a fait en sorte que l’équipe ait un maximum de repères et qu’on fasse avancer notre projet de jeu. Quatre matches amicaux, c’est peu, oui. Dans l’idéal pour nous c’était 6 ».

Retranscription Girondins4Ever