Nathalie Delattre : « Je sentais que certains se disaient ‘allez, on fait table rase, liquidation judiciaire, on va recommencer’. Mais comment peut-on recommencer un club de 140 ans »

Sur France Bleu Gironde, Nathalie Delattre, sénatrice, et vice-présidente du Sénat, s’est exprimée la manière dont elle est arrivée finalement à se battre aux côtés des Girondins de Bordeaux ces dernières semaines, pour leur existence.

« Les premiers qui m’ont alerté c’est le Club Scapulaire, avec Arnaud De Carli et Benjamin Gufflet, qui m’ont mis en rapport avec Gérard Lopez. Effectivement, on a eu plusieurs fois des contacts avec Gérard Lopez, qui m’a expliqué ce qui se passait. Donc j’ai décidé de mobiliser mes collègues parlementaires. Neuf, avec moi en plus, avons répondu à l’appel sur les 18 pour écrire un courrier à la ministre, et ramener de l’objectivité, et l’état de droit dans la conciliation et les décisions. Si je sentais que c’était un dossier politique à un moment donné ? J’ai senti effectivement que ça pouvait être politique, et qu’il fallait que nous ramenions encore une fois des éléments objectifs, parce que le dossier n’avait pas forcément étudié avec toutes les pièces comptables qui avaient été fournies. Et au fur et à mesure se rajoutaient des nouvelles, des rebondissements, donc c’était peut-être un peu difficile pour le cabinet du ministre qui venait d’arriver, un peu difficile pour certains de s’y retrouver. Donc j’ai souhaité remettre à plat, alerter, et encore une fois remettre au cœur de la discussion les enjeux. Je sentais que certains se disaient ‘allez, on fait table rase, liquidation judiciaire, on va recommencer’. Mais comment peut-on recommencer un club de 140 ans. On aurait mis des années avant de se reconstruire. L’aventure continue, même en Ligue 2, et on va avoir de beaux matches, on va avoir à surveiller ce club, à se serrer encore les coudes pour l’épauler, l’entourer. Mais je sentais bien qu’il fallait avoir des arguments forts. Donc j’ai essayé d’y mettre toute ma conviction et à plusieurs nous y sommes arrivés parce qu’en quelques jours, nous nous sommes retrouvés de la relégation en N3, à la Ligue 2 ».

Retranscription Girondins4Ever