Frédéric Hantz : « Que Rodez soit en Ligue 2 aujourd’hui, autant pour Bordeaux c’est une catastrophe, autant pour Rodez c’est l’exploit permanent »

Avant que les Girondins de Bordeaux aillent disputer la deuxième journée de Ligue 2 BKT dans l’Aveyron, du côté de Rodez, Frédéric Hantz, ancien joueur et entraîneur du Rodez AF, s’est exprimé au micro de la radio ARL. Il a évoqué l’entraîneur en poste, Laurent Peyrelade.

 

« Laurent Peyrelade je le connais bien parce que je l’ai eu comme joueur quand j’entrainais au Mans. J’en ai fais un de mes entraîneurs adjoints là-bas aussi et j’ai eu des discussions avec lui bien évidemment. […] Cela touche une dimension importante par rapport à l’entraîneur par ce que tu veux faire au fond de toi, dans tes ‘fantasmes’ je dirais, ou dans ta formation, dans ce qui te semble bien puis il y a l’adaptation à l’endroit où tu es. Laurent Peyrelade a fait un parcours exceptionnel à Rodez ! Que Rodez soit en Ligue 2 aujourd’hui, autant pour Bordeaux c’est une catastrophe, autant pour Rodez c’est l’exploit permanent parce que c’est un club qui n’a jamais connu, enfin ils ont connu le professionnalisme il y a très longtemps quand il sont restés en Ligue 2 pendant 2-3 ans. Il y avait 2 groupes de Ligue 2. Aujourd’hui, qu’une ville ou qu’un club comme Rodez soit en Ligue 2 depuis 3 ans, – ils attaquent leur 4ème année – une ville de 20 000 habitants, qui n’a pas une histoire de foot de très haut niveau, c’est quelque chose d’exceptionnel. Laurent Peyrelade est vraiment un artisan de ce travail là mais il faut se souvenir que quand Laurent est arrivé ils étaient en CF, l’équivalent de la 4ème division. Ils ont failli descendre la première année et ils ont été sauvés sur l’aspect financier. Après, Laurent Peyrelade s’est complètement intégré au modèle de réussite du club et il a fait surperformer l’équipe de manière exceptionnelle. Maintenant ça fait 8 ans qu’il est là, c’est sa 4ème année de Ligue 2. Il s’est adapté à la situation en gardant ses convictions. C’est un gros travailleur qui a gardé ses idées. Il sait tellement qu’il faut que ça défende qu’il est même passé du 5-3-2 au 5-4-1 (rires). »

 

 

Retranscription Girondins4Ever