Kaba Diawara : « Bordeaux, c’est tout simplement mon club de cœur. Cela me fait donc beaucoup de peine de voir où il en est »

Photo Icon Sport

Pour Foot Multiple, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, Kaba Diawara, Champion de France 99 avec le club au scapulaire, a clamé son amour pour le FCGB.

« Bordeaux, c’est tout simplement mon club de cœur. En effet, j’ai débuté ma carrière à Toulon, mais c’est grâce au club de Bordeaux que j’ai fait mes premiers matchs au niveau professionnel, que j’ai marqué mes premiers buts en première division, et que j’ai eu la chance de connaître mes premières sélections avec l’Equipe de France Espoirs. Puis, j’ai pu évoluer avec des joueurs de grandes classes là-bas, comme Jean-Pierre Papin. J’ai la fierté de dire que j’ai terminé champion de France en 1999. Même si je n’ai pas été aussi souvent titulaire qu’à Nice par exemple, je garde énormément de bons souvenirs de mon passage aux Girondins de Bordeaux car c’est là que tout a vraiment commencé pour moi encore une fois. J’ai d’excellents souvenirs là-bas. Je me souviens notamment d’un match incroyable à Lescure qui me revient en tête. Sous les ordres de Rolland Courbis, nous avions gagné 5-3 face au PSG de Rai en novembre 1996 avec un scénario complétement fou. C’était vraiment le match de l’année avec une ambiance totalement incroyable ! Jean-Pierre Papin avait été fantastique, Ibrahim Ba aussi, et à titre personnel, j’avais marqué le dernier but du match, donc c’était vraiment une soirée inoubliable. Ainsi, ce club reste donc dans mon cœur et j’espère qu’il va très vite retrouver le plus haut niveau. Aujourd’hui, je garde toujours un œil sur les performances du club et cela me fait donc beaucoup de peine de voir où il en est. Les résultats du club ne sont pas bons depuis plusieurs années, et c’est triste à voir, surtout avec l’histoire qu’a ce club. Il ne faut pas oublier que les Giresse, Tigana ou Zidane ont porté les couleurs de cette équipe. De plus, le stade avait vraiment son identité avec ce long tunnel dans lequel on entendait les ultras du virage sud chanter. Depuis plusieurs saisons, il y a une véritable crise identitaire dans ce club. A l’époque, les soirées européennes sont ce qui faisait la grandeur de ce club puisqu’il se sublimait régulièrement dans les matchs européens. On en est loin à ce jour. Les supporters bordelais sont des gens passionnés et chaleureux et ils ont besoin d’émotions. Malheureusement, aujourd’hui, ils souffrent du manque de résultat et de folie, donc les supporters ont du mal à s’identifier depuis plusieurs années, c’est compréhensible ».