Yoann Barbet : « J’espère que nos recrues nous feront monter en Ligue 1. Sinon, je leur demanderai ce qui manque (rires) »

screen Florian Sabathier

Comme il l’avait déjà expliqué en conférence de presse ce vendredi, Yoann Barbet, dans Sud Ouest, a insisté sur le fait que même s’il eut des propositions plus importantes, il ne se voyait pas refuser de revenir dans son club formateur et de cœur, à savoir les Girondins de Bordeaux.

« Ça a toujours été un objectif de revenir ici. Chaque année, j’espérais ce coup de fil pour revenir. Les premiers contacts ont eu lieu fin mai. Au début, je me suis dit « ça fait sept ans que j’attends cet appel… » Je savais que si je refusais, j’allais le regretter toute ma vie ».

Puis il revint surtout sur ce geste de fin de mercato, au niveau financier. Dans les dernières heures du mercato, Yoann Barbet et Vital N’Simba ont accepté un report de salaire pour permettre la qualification de l’attaquant amiénois Aliou Badji, mais également de l’international géorgien Zuriko Davitashvili. Il s’agit d’une baisse de leurs salaires, la différence devant leur être versée l’été prochain, et donc sur le budget de la saison 2023-2024.

« On a eu une discussion avec Admar et James (Stevens). Ils nous ont demandé si on pouvait faire un geste pour qu’ils soient sûrs de valider nos deux dernières recrues. On savait aussi qu’on avait besoin de renforts. Ce n’était pas juste pour nous, c’est pour du long terme. Tout le monde est content. J’espère que nos recrues nous feront monter en Ligue 1. Sinon, je leur demanderai ce qui manque (rires) ».