Le reste des infos de la journée autour des Girondins (Koundé, Carpentier, Ndombasi, Liaigre, Sagnol…)

Vous avez pu suivre toutes les informations et réactions concernant les Girondins de Bordeaux aujourd’hui, mais il y a eu plusieurs petites informations que nous n’avons pas pu traiter. Nous allons vous faire un récapitulatif de cette actualité « autour des Girondins ».

Didier Deschamps a annoncé hier que Jules Koundé serait indisponible pour la prochaine rencontre des Bleus face au Danemark, lui qui est sorti sur blessure (musculaire). « Koundé et Maignan ne sont pas disponibles (pour dimanche). Je ne vais pas leur faire faire le voyage jusqu’à Copenhague pour rien ». Selon le quotidien AS, Jules Koundé pourrait manquer entre trois et quatre semaines de compétition.

Clément Carpentier, journaliste Radio France, a réagi à la défaite des Girondins en amical face à Clermont jeudi soir (2-3). « Ok, c’est une match amical. Ok, le contenu est bon (et collectivement c’est de mieux en mieux) mais ce qui chagrine (comme samedi dernier), c’est que cette équipe des Girondins (re)prend presque systématiquement des buts depuis Guingamp. Attention ». 

Passé par le centre de formation des Girondins et parti trop tôt à Valence, Noha Ndombasi, aujourd’hui âgé de 21 ans, s’est engagé au FC Saint-Gall qui évolue en Super League suisse. Il a signé un contrat jusqu’en juin 2024.

https://twitter.com/FCSG_1879/status/1572594034023038977?s=20&t=M0jzIXX6AgKqUlvG378CUw

Hier, Fiona Liaigre, la latérale gauche des féminines des Girondins de Bordeaux, a eu le bonheur d’être sélectionnée pour la prochaine Coupe du Monde U17. La compétition aura lieu du 6 au 31 octobre 2022 en Inde. Une excellente nouvelle pour elle, mais une bien mauvaise pour l’effectif bordelais qui ne compte plus de latéral gauche. Delphine Chatelin n’est pas encore prête à revenir sur le terrain.

Dans L’Equipe, le sélectionneur de la Géorgie, Willy Sagnol, a expliqué pourquoi il avait relevé ce challenge avec cette sélection.

« Quand je fais quelque chose, je le fais à fond. Je ne voulais pas donner l’image du sélectionneur qui vient dix jours avant les matches et qui repart. Pour être dans le projet, il est vital pour moi d’être dans le pays. J’ai ma deuxième vie en Géorgie. Et j’adore ! C’est exactement l’expérience que je cherchais. Avec la crise du Covid-19, j’ai réfléchi à mes envies et mes priorités désormais dans ce milieu. Je suis vite arrivé au constat que je voulais revenir aux sources, ­retrouver un environnement sans hypermédiatisation et cet argent qui pollue pas mal de choses. J’ai eu une espèce de nostalgie du foot d’avant. J’avais envie de quelque chose de différent. »