Ludovic Obraniak : « Je mets une pièce sur la remontée de Bordeaux cette année »

Sur France Bleu Gironde, Ludovic Obraniak, ancien joueur des Girondins de Bordeaux, et du FC Metz, s’est exprimé sur ce championnat de Ligue 2 qui est très relevé et donc sur Metz et Bordeaux.

« Elle est hyper relevé, c’est très compliqué mais c’est très compliqué chaque année, même quand il n’y a pas les gros. Là elle est exceptionnellement difficile c’est vrai. Ce sont deux clubs qui étaient en apnée totale. C’est bon parfois de retourner un peu à la surface, reprendre de l’oxygène pour replonger, histoire de reculer pour mieux sauter… J’ai l’impression que ces clubs-là avaient besoin de ce passage-là. Metz à l’habitude de faire l’ascenseur, c’est quelque chose qu’ils maîtrisent ils l’ont fait à maintes reprises donc ils connaissent ce championnat. Les Girondins un peu moins mais j’ai l’impression qu’ils ont pris ce championnat par le bon bout. Il est clair que dans ce championnat il faut enquiller des points tout de suite, tout de suite ! Il faut prendre très vite un peu d’avance, c’est ce qu’on avait fait à mon époque, lorsqu’on était remontés avec Metz. Mais oui on sent que ces clubs-là avaient besoin… à l’image de Lens à un moment donné, qui avait besoin de rester en Ligue 2. Strasbourg qui est redescendu plus bas… Ce sont des clubs qui avaient besoin de repartir d’un cran plus bas, peut-être aussi d’assainir. Quand vous descendez ça permet d’assainir un peu les choses. Je crois que les deux clubs en avaient besoin. Metz a  fait le choix de la rigueur avec Laszlo Boloni sur un groupe jeune, ça marche pour l’instant, mi-figue, mi-raisin mais disons que pour l’instant c’est plus positif que négatif. A voir si sur la durée, son mode de management à l’ancienne peut durer. Puis David Guion il est plus fait pour cet exercice-là que pour l’exercice précédent. L’exercice précédent c’était la cage aux lions, il fallait un dompteur, un dresseur de tigres. Il fallait au moins ça et David Guion est dans un autre registre on le voit. Il est plutôt dans un profil de bâtisseur comme l’ont pu être Claude Puel ou des gens comme ça. On sent quelqu’un qui a un côté formateur, éducateur, donc là ça colle parce qu’il y a une pléiade de jeunes que l’on voit émerger tout doucement. Les anciens se mettent au diapason donc ça fonctionne. Je mets une pièce sur la remontée de Bordeaux cette année. »

 Retranscription Girondins4Ever