Camille Surdez : “J’ai eu la chance incroyable de vivre toutes ces choses en seulement 24 ans de vie”

L’ancienne attaquante des Girondins de Bordeaux, Camille Surdez, a cette fois-ci fait ses adieux officiels au monde du football professionnel, du moins en tant que joueuse. Par un long message, la suisse a tenu à faire un bilan, et a distillé de nombreux remerciements et souvenirs. Voici l’intégralité de son message.

“Un 15 février aura changé ma petite vie.
Un IRM de contrôle après 9 mois intense de rééducation tourne au cauchemar.
Verdict: en l’espace d’un an, l’état de mon cartilage au genou droit s’est terriblement aggravé.
Je me dois de faire une greffe de cartilage et cesser ma carrière.
Ce sera ma 6ème opération au genou droit, c’est la goutte de trop… je fonds en larme, le ciel me tombe dessus.
Aujourd’hui avec un peu de recul, la fin de ma carrière est toujours un sujet sensible et douloureux.
Douloureux et cruel car après tant de sacrifices et de travail, cela n’aura pas suffi à me remettre sur pied.
C’est difficile d’accepter d’avoir donner le meilleur de soi et que finalement même le meilleur de soi n’était pas assez.
Je relativise, je ne suis ni la première ni la dernière à arrêter sa carrière dû à une blessure. Ma famille est en bonne santé, la vie est pleine de nouvelles opportunités et d’aventures.
J’imagine que la douleur de l’opération m’aura aidé à accepter mon sort et c’est pourquoi aujourd’hui je peux enfin mettre les mots sur ma belle et courte carrière
Ayant commencé au FC Dombresson là où j’étais la seule fille, je suis finalement allée au FC Serrières, j’ai parallèlement intégré la sélection neuchâteloise féminine et masculine pour finalement intégrer le centre de formation national à Huttwil à l’âge de 13 ans.
Après avoir passé deux belles saisons, pleine d’apprentissage, en élite à Neuchâtel XAMAX U14/U15, la puberté m’aura obligé à changer au football féminin.
Passée par Yverdon Féminin, Young Boys Frauen, j’ai finalement signé mon premier contact professionnel aux Girondins de Bordeaux et fini ma carrière au FC Bâle.
Et tout ça en intégrant l’équipe nationale suisse A à tout juste 19 ans.
Oui ! Professionnelle ! Qui l’aurait cru ? Je ne savais même pas qu’il était possible d’en faire son métier à l‘époque.
Qui aurait cru que je deviendrai footballeuse professionnelle et joueuse internationale?
En tout cas pas moi. Moi qui arrivais d’un petit village avec mes affaires dans un sac plastique pour faire partie des 10 meilleurs talents suisses et pouvoir entrer dans le centre de formation national.
Et tout ça pour seul but d’avoir moins d’école et plus de foot.
Moi qui adorais jouer avec mes copains au terrain de la coudre, je peux vous dire que les choses étaient bien différentes en Suisse allemande…
Et pourtant une première sélection en équipe suisse en U17 à 15 ans m‘aura vite fait comprendre que c‘était bien ça que je voulais.
Profiter pleinement des opportunités que me donnait le football. Pouvoir porter le maillot de son pays, jouer un euro, voyager partout dans le monde et surtout pouvoir vivre de sa passion, c’était ça la cerise sur le gâteau.
J’ai eu la chance incroyable de vivre toutes ces choses en seulement 24 ans de vie.
Alors MERCI à vous mes proches, coachs, préparateurs physique, physios, médecins, coéquipières et supporters!
Vous avez tous joué un rôle important, certains dans ma carrière et d’autre même dans ma vie.
Sans oublier ma famille sans qui rien de tout ça n’aurait été possible…
A bientôt ! (cette fois ci, dans les tribunes)
Votre Camille”.