Vincent Romain : « C’est un joueur que j’aime bien depuis qu’il est arrivé. Je trouve que c’est un profil que les Girondins n’avaient pas »

(Photo by Vincent Poyer/FEP/Icon Sport) – Photo by Icon sport

Sur France Bleu Gironde, dans l’émission 100% Girondins, Vincent Romain, journaliste pour Sud Ouest, est revenu sur la victoire des Girondins de Bordeaux sur leur pelouse face à l’équipe du FC Metz (2-0). Il a livré son coup de cœur bordelais.

« Je vais dire Zuriko Davitashvili. C’est un joueur que j’aime bien depuis qu’il est arrivé. Je trouve que c’est un profil que les Girondins n’avaient pas. Déjà à Laval il est décisif puisque c’est lui qui met une passe décisive à Alberth Elis et contre Dijon il marque. Contre Metz je trouve qu’il fait un début de match un peu difficile où on ne le voit pas beaucoup, il est assez transparent. Puis à partir de la 20ème il a commencé à se montrer, à toucher beaucoup de ballons. A chaque fois il en touche assez près de la surface et à peu près tout ce qu’il fait est bien. Il fait très peu de mauvais choix. Alors oui, il ne passe pas en un contre un, il ne part pas en débordement le long de la touche mais par contre il rate très peu de choses. Même si le péno est imaginaire c’est quand même lui qui lance Vital Nsimba sur l’action qui lui permet de l’obtenir. C’est un joueur qui est intéressant à mon avis, et qui aujourd’hui mérite bien plus sa place dans le 11 titulaire qu’Alberth Elis qui lui, pour le coup à l’air complètement perdu. […] Je sais qu’on n’avait pas le droit de donner plusieurs coups de cœur, il n’était pas titulaire mais moi j’ai beaucoup aimé la rentrée d’Emeric Depussay et ce n’est pas la première rentrée intéressante qu’il fait cette saison. Jeune milieu de terrain mais des fois il rentre latéral gauche, latéral droit, milieu central, un peu sur le côté… En fait je trouve qu’à chaque fois qu’il rentre, peut-être à l’exception de Dijon parce qu’il doit coûter un péno ce jour-là, mais à chaque fois qu’il rentre, il amène du punch, il court partout, il se bat. C’est exactement ce qu’on attend d’un joueur qui sort du banc et typiquement contre Metz, c’est lui qui lance Aliou Badji sur le but. »

 

Retranscription Girondins4Ever