André Pénalva : « Non, je n’ai pas gardé de contacts. J’ai eu tellement de jeunes joueurs vous imaginez, si je devais garder tous les contacts avec tous les jeunes… »

Sur France Bleu Gironde, l’ancien entraineur du centre de formation des Girondins de Bordeaux, André Pénalva, s’est remémoré comment étaient Jules Koundé et Aurélien Tchouaméni plus jeunes.

« Ils étaient différents, tous les deux. Aurélien était un garçon très sûr de lui. Il savait déjà ce qu’il voulait. On le voyait, il avait une bonne assurance. Jules était plus un garçon qui doutait au départ. Au contraire, il a fallu l’aider à prendre conscience et confiance en ses qualités ».

Aujourd’hui, le formateur explique qu’il n’est plus en contact avec eux.

« Non, je n’ai pas gardé de contacts. J’ai eu tellement de jeunes joueurs vous imaginez, si je devais garder tous les contacts avec tous les jeunes… Et puis, pourquoi j’aurais gardé des contacts avec des internationaux et pas un joueur qui joue dans un petit club à côté ?! Vous voyez ?! En fait, j’ai toujours fait mon métier d’entraineur en gardant une certaine distance avec mes joueurs. Ce ne sont pas mes enfants, j’ai été là pour les éduquer, les former, et avoir une certaine distance parce que j’étais aussi celui qui pouvait sanctionner, décider… J’ai eu des bons rapports, mais toujours avec une certaine distance ».

Mais une chose est sûre, il a tout de même une part dans la réussite des deux anciens bordelais.

« Oui, bah oui parce que tous les gens qu’ils ont rencontré pour en arriver là, leur ont apporté quelque chose. Moi, j’y suis… ».

Retranscription Girondins4Ever