Lilian Laslandes : « La Fédération crée aujourd’hui un diplôme pour cela, pour des entraineurs, afin que des spécifiques attaquant soient faits. Ce n’est pas pour rien… »

Screen Florian Sabathier

Sur ARLLilian Laslandes, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, a une nouvelle fois regretté qu’on ne fasse pas appel au FCGB à des entrainements spécifiques pour les attaquants bordelais.

« Bien sûr, il y a des exercices, mais… Je croyais aussi que Jimmy Briand devait à un moment donné avoir un contrat pour pouvoir le faire, mais d’après ce que j’entends, ce n’est pas mis en place non plus… Ces garçons-là doivent travailler, ils sont jeunes, et ils doivent prendre de l’expérience qu’ils n’ont pas prise, et sur des exercices bien précis. On voit que parfois, on a des situations de s’en créer dans les matches, peut-être cinq ou six, mais sur celles-là, alors qu’il y en a deux qui doivent aller au fond, il y en a zéro… Ça, ce n’est pas normal. Je pense que c’est un travail de longue haleine, comme le gardien de but. On a proposé de l’exercer plusieurs fois, mais jamais ils n’ont mis un point d’honneur à cela, que ce soit chez les jeunes ou chez les pros. La Fédération crée aujourd’hui un diplôme pour cela, pour des entraineurs, afin que des spécifiques attaquant soient faits. Ce n’est pas pour rien… Peut-être qu’à un moment donné, il y a un ratio occasions/buts qui n’est pas assez fort. On le voit un peu partout chez certaines nations, comme l’Allemagne… Ce poste-là n’est pas à négliger et je pense que Josh Maja, à un moment donné, est dans un mauvaise passe aussi. Mais pour se sortir de cette mauvaise passe, ce n’est pas juste les matches, c’est travailler, reprendre de la confiance, mais pas toujours avec les mêmes exercices : dans différentes positions, etc… Dans la surface de réparation il y a beaucoup de choses à travailler, ce n’est pas juste des centres, des reprises… Ce sont des actions de but où, quand on les travaille plusieurs fois, cela vient tout seul en match. Le cerveau se dit qu’il l’a déjà fait, et vous ne perdez pas les secondes qu’il faut pour pouvoir frapper… Après, bien sûr, il y a un gardien, mais il y a le geste, et le bon geste à faire. Parfois, c’est là où on se trompe, et la réalisation n’est pas au rendez-vous ».

Retranscription Girondins4Ever