Patrick Guillou : « Le fait d’avoir été entraîneur adjoint à Bordeaux et à Wolfsburg, m’a apporté de la crédibilité et un regard différent sur l’analyse tactique des matchs »

Sur Pure Médias, Patrick Guillou, ancien coach adjoint de Willy Sagnol aux Girondins de Bordeaux, s’est exprimé sur sa fonction actuelle, à savoir consultant pour beIN Sports. Avait-il pensé, lorsqu’il était joueur, à devenir un jour consultant ?

« Non. Pas du tout. Après ma carrière, j’ai fait des études. J’ai un bac+5. J’ai fait un petit bout de chemin de vie professionnelle dans les assurances. Le métier de consultant, c’est arrivé grâce à Jean-Guy Wallemme et Michel Denisot. Mon dernier club en pro, j’étais à Rouen, dans l’équipe de Jean-Guy. Il s’était fait écarter et a ensuite été consultant à Canal+ pour parler du football en Allemagne. Quand Jean-Guy a quitté la chaîne, il a soufflé mon nom à Michel Denisot qui m’a recruté. Le premier match que j’ai commenté, c’était un Bayern-Dortmund. Année après année, je me suis bonifié en lisant énormément. Je pense aussi que le fait d’avoir été entraîneur adjoint à Bordeaux et à Wolfsburg, m’a apporté de la crédibilité et un regard différent sur l’analyse tactique des matchs. Aujourd’hui, je me régale à commenter des matchs ! Je reste un passionné du foot et du beau jeu […] Si je me vois commenter toute ma vie ? C’est difficile de dire ça. Je ne sais pas les opportunités que je pourrais avoir à droite ou à gauche, pour pouvoir faire autre chose. Avec tout ce que j’ai traversé ces dernières années, je me concentre sur le bonheur que je peux avoir chaque jour. Je ne suis pas dans une logique de carrière. Je n’ai pas envie de faire un croche-pied pour prendre la place de quelqu’un. J’ai quand même eu une mère qui m’a apporté beaucoup de valeurs. Si les choses doivent arriver, elles arriveront. Elles se font toujours naturellement. Je sais très bien que je suis un privilégié. Il y a beaucoup d’anciens joueurs qui rêvent d’être consultants et beaucoup de personnes rêvent d’être à notre place. Ce n’est pas démago, même si je m’en fous de ce que les gens pensent de moi. Je savoure chaque jour la chance que j’ai ».