Rolland Courbis : « C’est très rare, mais ça a été fait au plus haut niveau… Et après, on nous explique que le match a été perdu dans les dix dernières minutes… »

Sur 4-4-2 Mon amour (Podcastine), Rolland Courbis, sur le sujet de la tactique et du 3-5-2, s’est remémoré le match de l’Equipe de France perdu contre la Suisse lors du dernier Euro, pointant du doigt les choix de Didier Deschamps ce jour-là.

« Il y a une mode, c’est de passer aux trois arrières centraux. Mais la plupart des entraineurs, même de très haut niveau, ils jouent avec trois arrières centraux, sans connaitre le mécanisme (rires). Je suis devant la télé, et souvent, je meurs de rire… Pour progresser, on écoute, on regarde un peu ce qui se passe sur la feuille du voisin d’à côté, et on essaye de progresser en copiant les bonnes choses. Mais on peut aussi progresser en faisant le contraire des conneries qu’on voit. Le mécanisme d’un 3-5-2, ou d’un 3-4-3, je prends pour exemple ce que fait Didier Deschamps, à la tête du football français, contre la Suisse. C’est-à-dire qu’il n’est pas encore au courant que les trois arrières centraux sont trois postes totalement différents. Il y a l’axial, l’arrière central côté droit, et l’arrière central côté gauche. Ce n’est pas de la tactique ça, c’est une organisation. Si on veut bien la faire fonctionner, je ne vais pas vous dire comment ça marche, je vous dirai simplement de regarder ce que Monaco a fait contre le PSG quand ils font 1-1, et regardez ce que fait l’Equipe de France en mettant Lenglet au milieu de Varane et de Kimpembé, Pavard piston, et Rabiot piston côté gauche. Sur les cinq d’une organisation comme ça, il y en a quatre qui ne sont pas à leur poste. C’est très rare, mais ça a été fait au plus haut niveau… Et après, on nous explique que le match a été perdu dans les dix dernières minutes quand on est passé de 1-0 à 3-1, avec la formule logique : Lenglet est retourné sur le banc parce que c’est Varane l’axial et le libéro de l’époque. Pavard, un arrière central côté droit qui en même temps coulisse derrière le piston, et ça c’est sa zone. Kimpembé le gaucher à la gauche de Varane, et Rabiot, bah il n’y avait pas d’autre solution sur jour-là, donc du dépannage. Là, on est passé de 0-1, à 3-1. Et après j’entends que c’est inadmissible de faire 3-3 quand on mène 3-1 (rires). Par contre, jouer 45 minutes en étant comme un supporter de la suisse, ça, c’est normal (rires) ».

Retranscription Girondins4Ever