Pedro Pauleta : « C’est surtout le but qui me manque. Je n’étais pas un grand joueur. J’étais un grand buteur. Ca me manque profondément »

Dans Ouest-France, l’ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, Pedro Pauleta, est revenu sur l’arrêt de la carrière, et la difficulté de s’arrêter après vingt années au plus haut niveau.

« Il s’est passé un an entre la prise de décision et le jour de mon dernier match (le 24 mai 2008, finale de Coupe de France perdue (0-1) face à Lyon). Pendant cette année, j’avais besoin de me répéter chaque jour que j’allais arrêter. Je n’exagère pas. Si j’aurais pu continuer ? Juste après la fin de mon contrat à Paris, j’étais en vacances et j’ai reçu une proposition de contrat de deux ans pour Monaco. Mais j’ai refusé. Dans ma tête, ce n’était pas possible. Je savais que je voulais arrêter ma carrière au PSG. Je m’étais conditionné pour arrêter à la fin de la saison 2007-2008. C’était une décision réfléchie, familiale, personnelle. Mon fils entrait au collège, ma dernière fille venait de naître. C’était le moment. Même si je savais que ce serait difficile pour moi ».

Aujourd’hui, même si l’arrêt avait été prémédité et prévu, il n’empêche que le manque est toujours présent.

« C’est surtout le but qui me manque. Je n’étais pas un grand joueur. J’étais un grand buteur. Et je n’ai aucun problème avec ça, puisqu’un but rend les gens heureux et fait gagner une équipe. C’est le plus important dans le foot. Donc la sensation de marquer devant un public me manque. Quand j’assiste aujourd’hui à des matches au Parc des Princes, que je vois un but du PSG, que je vois ce public qui fait la fête, qui scande le nom du buteur, franchement, je suis heureux mais ça me touche beaucoup, aussi. Oui, ça me manque profondément ».

( Photo by Pierre Minier / Onze / Icon Sport )