Marius Trésor : « J’espère aussi que Jules Koundé sera encore maintenu dans l’équipe, malgré ce que pensent les journalistes »

Sur ARL, l’ancien défenseur des Girondins de Bordeaux, Marius Trésor, a tenu à défendre l’actuel défenseur de l’Equipe de France et ancien bordelais, Jules Koundé.

« J’ai confiance en cette Equipe de France. J’espère aussi que Jules Koundé sera encore maintenu dans l’équipe, malgré ce que pensent les journalistes. J’ai regardé une émission et ça m’a même mis en colère, où on disait que le point faible de l’Equipe de France était la défense… Non ! Que Jules n’ait pas été extraordinaire, tsss… Il ne faut pas oublier que sur les 250 matches qu’il a faits, il en a au moins fait 220 en position de défenseur central. Maintenant, on le fait jouer sur un côté, il faut bien qu’il s’habitue au poste… Pour moi, l’Equipe de France une bonne assise, et surtout devant, n’en parlons pas… je reste confiant ».

Comment faire pour passer de défenseur central au poste de latéral droit ?

« Tout est une question d’intelligence de jeu. Quand je suis arrivé en Equipe de France en 1971, j’ai joué mon premier match arrière gauche. Je n’avais jamais joué à ce poste… J’ai demandé à un de mes coéquipiers, qui était à cette époque-là capitane de l’équipe, Jean Djorkaeff… Il m’a expliqué ce qu’il fallait faire, ne pas être derrière le libéro et être devant… On avait une ligne de trois avec l’arrière droit, le stoppeur, et l’arrière gauche. Derrière nous, il y avait le libéro. C’était comme ça qu’on jouait, même quand j’ai joué aux Girondins de Bordeaux. A partir de là, on savait ce qu’il y avait à faire. Ma deuxième sélection, je me suis retrouvé arrière droit, mais c’était comme ça ! Ça s’était bien passé. Lors de ma troisième sélection, j’ai retrouvé le poste que j’avais à Ajaccio, c’est-à-dire celui de libéro. Je m’occupais de mon adversaire, et j’essayais toujours d’être aligné sur le dernier défenseur ».

Retranscription Girondins4Ever

(Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)