David Guion : « Si on remonte, j’ai une clause qui me permet de continuer »

S’il s’est exprimé sur le mercato dans Sud Ouest expliquant qu’il souhaitait « un joueur de vitesse de course, qui nous amène de la profondeur dans l’axe ou sur les côtés » pour remplacer Alberth Elis, et « un joueur capable de mettre le pied sur le ballon et d’être le métronome » si Fransérgio partait, le coach des Girondins de Bordeaux a également évoqué son avenir.

Alors que l’on pensait qu’un changement d’entraineur était inéluctable cet été des suites d’une relégation historique du club en Ligue 2, David Guion a finalement été reconduit la direction bordelaise, et les pistes menant à Jean-Marc Furlan, Didier Tholot ou Laurent Batlles se sont éteintes. Le coach bordelais a su convaincre, a faire un bilan clair et complet de son échec à maintenir le club parmi l’élite. La baisse de son salaire a aussi été l’un des nombreux éléments qui ont compté, comme sa volonté de s’appuyer sur le centre de formation, lui qui avait vu des jeunes à fort potentiel, qu’il a refusé de lancer en Ligue 1 afin de les préserver et ainsi les lancer dans de meilleures conditions.

Toujours est-il qu’avec cette jeunesse et les résultats du premier quart de la saison, où l’équipe a « surperformé », tout le monde s’est pris au jeu, celui de remonter dès la première saison en Ligue 1, comme le FCGB le fit déjà en 1992. Qu’en est-il de l’avenir de David Guion selon le scénario, à savoir une montée en Ligue 1 ou un maintien en Ligue 2 ? Il y a répondu aux lecteurs de Sud Ouest.

« Bordeaux était vraiment le club que je souhaitais rejoindre. Je suis fier d’appartenir aux Girondins, je sais la chance que j’ai d’être dans ce club historique et je suis dans de très bonnes conditions. J’ai envie de remettre les Girondins dans l’élite du foot français. Mon ambition ira avec celle du club. Si on remonte, j’ai une clause qui me permet de continuer. Et si ça ne monte pas, la question se posera différemment et il faudra analyser cette non-réussite. Mais pour l’instant, franchement, je ne me pose pas cette question. Je suis tourné vers cette deuxième partie de saison pour la réussir au mieux ».

Si le temps de « survie » d’un coach en France est aux alentours de plus ou moins un an, David Guion a cet avantage de s’être très bien adapté aux Girondins, et notamment avec Admar Lopes, qu’il côtoie quotidiennement. Les deux hommes sont « proches », l’un gère le sportif, et l’autre extra-sportif. Tout semble en tout cas réuni pour performer. Rendez-vous en fin de saison pour savoir si notre club retrouvera l’élite. Et donc si ce sera avec ou sans David Guion.

https://twitter.com/SO_Girondins/status/1610730242380816384